Bien-être animal

Élevage intensif : ce que perçoit le consommateur


TNC le 11/01/2022 à 10:22
fiches_elevage

Comment le consommateur perçoit-il l'élevage ? Il reste du travail de communication à faire ! (©CC)

Face à toute la propagande animaliste des associations anti-élevage, comment le consommateur perçoit-il l'élevage ? Dans un article publié en novembre 2021 sur le site The Conversation France, Romain Espinosa, chargé de recherche en économie au CNRS, nous donne quelques éléments d'éclairage sur le sujet.

« Élevage intensif : entre militants animalistes et industriels, qui croire ? », c’est le titre de l’article écrit par Romain Espinosa, chargé de recherche en économie au CNRS, sur le site collaboratif The Conversation France. Selon lui, « les chiffres officiels montrent qu’il y a là un paradoxe statistique, aisément compréhensible mais source d’erreurs pour le consommateur comme pour le législateur. » En d’autres termes, le consommateur a de quoi s’y perdre… Explications.

Point de vue de l’éleveur VS vécu des animaux

« En France, la très grande majorité des animaux vit dans des élevages intensifs, alors que la grande majorité des éleveurs élèvent leurs animaux dans de petites exploitations. » L’auteur évoque les porcs, les poulets et poules pondeuses, et même chose pour les bovins : « plus de la moitié des éleveurs travaillent dans des exploitations de moins de 70 vaches, tandis que près de 60 % des vaches sont élevées dans des exploitations de 70 vaches et plus. »

Il poursuit : « La définition de l’élevage français dépend ainsi de la perspective adoptée : celle des animaux ou celle des éleveurs. L’éleveur « moyen » (médian, pour être précis) est un éleveur bovin qui élève moins d’une centaine de vaches dans son exploitation. Au contraire, l’animal « moyen » est un poulet de chair élevé dans une ferme-usine à plus de 20 000 voire 50 000 poulets.

Informer les consommateurs

Des études le prouvent : les consommateurs sont demandeurs d’informations sur l’élevage. Mais les discours opposés entre les représentants de la filière et les militants animalistes ont de quoi les perturber (« qui dit vrai ? »)…

Selon Romain Espinosa, il y a un besoin de réforme du monde de l’élevage, en prenant en compte le bien-être animal en priorité, ce qui sera profitable aux petites et moyennes exploitations. 

Lisez l’article dans son intégralité sur le site The Conversation France