Veaux de boucherie

À Mauron (56), bientôt une station de 480 places avec accès plein air


TNC le 17/02/2021 à 06:05
La future station expérimentale en veaux de boucherie avec les trois modules de bâtiments. (©Idele)

La future station expérimentale en veaux de boucherie avec les trois modules de bâtiments. (©Idele)

Une nouvelle station expérimentale en veaux de boucherie devrait voir le jour en 2022 dans le Morbihan. Sa capacité totale sera de 480 places réparties dans 3 modules avec un accès au pâturage.

« Une nouvelle station veau de boucherie pour répondre aux enjeux des 20 prochaines années » : c’est ce que promettent les acteurs de la filière. Ce projet devrait voir le jour en 2022 sur la commune de Mauron dans le Morbihan en remplacement de l’actuelle station située au Rheu en Ille-et-Vilaine. L’objectif : bâtir un nouveau modèle d’élevage des veaux avec un accès plein air.

480 places en 3 modules

Les concepteurs prévoient trois bâtiments dont : un premier constitué de petites salles modulables, un autre plus classique mais avec une ventilation innovante, et un troisième en ventilation naturelle.

Pour ces deux derniers, c’est la ventilation qui sera au cœur des observations :

– Pour le bâtiment tantôt classique, l’extraction de l’air se fera sous les caillebotis sur le modèle des systèmes utilisés en élevage porcin. Après circulation sous les caillebotis, l’air passera dans la gaine centrale sous le couloir entre les deux salles avant d’être extrait (voir schéma ci-dessous).

Dans ce bâtiment, la ventilation se fera via les caillebotis. (©Idele)

– Le troisième bâtiment, qualifié d’« Open’bat » sera largement ouvert, de la même façon qu’en élevage laitier. Il disposera également d’accès à l’extérieur sous forme de courette pouvant évoluer avec un parcours en prairie. L’objectif cité par les experts : « étudier la faisabilité d’un élevage de veaux au plus près des attentes sociétales. »

Dans celui-ci, la ventilation sera naturelle et contrôlée via les filets brise-vent. Les veaux auront accès à l’extérieur. (©Idele)

Une construction en cohérence avec les aspects environnementaux

« Le projet s’inscrit dans la démarche Ecobel prenant en compte les impacts environnementaux de la construction. Les haies et arbres sur le site ont été préservés au maximum. Les eaux pluviales sont entièrement collectées et passent par un bassin de rétention avant le retour dans le milieu naturel », expliquent les porteurs de projet.

La plupart des bâtiments seront également équipés de panneaux solaires dont une partie de l’énergie sera autoconsommée pour le chauffage de l’eau de buvée. La fosse sera couverte pour la récupération du méthane qui servira à alimenter une chaudière.

Et pour les éleveurs curieux, les experts ont prévu une salle située en hauteur pour voir l’intérieur du bâtiment sans y pénétrer, permettant ainsi de maximiser la sécurité sanitaire.