sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Innovations

précédent

15/35

articles

suivant

Charrue semi-portée Pöttinger

Les tracteurs jusqu'à 500 ch vont tout retourner avec la charrue Servo T 6000


TNC le 04/03/2022 à 07:01
La charrue semi-portée Pöttinger Servo T 6000 a été conçue pour des tracteurs jusqu'à 500 ch de puissance. (©Pöttinger)

La charrue semi-portée Pöttinger Servo T 6000 a été conçue pour des tracteurs jusqu'à 500 ch de puissance. (©Pöttinger)

Pöttinger adapte sa gamme de charrues semi-portées à la puissance et aux caractéristiques des tracteurs actuels. Le châssis a été renforcé, les réglages simplifiés et la maintenance limitée. Le tout pour accroître le débit de chantier et la longévité du matériel, en toutes circonstances et quelle que soit la puissance du tracteur jusqu'à 500 ch.

Bien que son utilisation soit parfois décriée, la charrue reste un outil indispensable aux agriculteurs. Elle doit s’adapter aux types de sol, dont la variabilité est importante à l’échelle mondiale. Pöttinger en est convaincu et a ainsi conçu un modèle semi-porté de dernière génération : la Servo T 6000. En clair, sa poutre principale et le dispositif de sécurité contre les pierres baptisé Nova ont été retravaillés pour gagner en fiabilité.

Les charrues semi-portées sont disponibles en deux versions : standard ou Plus et de six à neufs socs. Sans oublier les gammes Nova et Plus Nova de six à huit corps. Elles bénéficient donc de la sécurité non-stop hydraulique à déclenchement réglable, dont la plage s’étend jusqu’à 2 200 kg. De quoi protéger l’outil en cas de présence de pierres et ne pas devoir s’arrêter en présence d’obstacles. Le dégagement entre les corps est de 102 cm et celui sous bâti de 80 cm (90 cm en option).

Report de charge pour davantage de capacité de traction

Le constructeur installe sa technologie Traction Control, dont le rôle est de reporter de la charge vers le tracteur pour accroître son adhérence. L’essieu arrière bénéficie donc d’un report de charge allant jusqu’à 1 100 kg, avec en même temps une adaptation au sol de la charrue. Moins de patinage du tracteur, c’est moins de carburant consommé ! La marque annonce jusqu’à 3,5 l/ha. En outre, le fond de la raie est moins lissé, donc le sol est préservé. Plus besoin de lester davantage l’essieu, le système offre suffisamment de report vers le tracteur. Pour faciliter l’entretien, le nombre de points de graissage diminue ; ils sont d’ailleurs plus accessibles que sur les précédentes générations. Les pointes s’interchangent facilement et sont installées en qualité Durastar de série. Leur durée de vie s’allonge, ce qui augmente également la rentabilité de l’engin.

La géométrie des attelages côté tracteur évolue, les pneumatiques sont de plus en plus grands… Le constructeur a donc adapté la géométrie de sa charrue pour correspondre à celle des engins actuels. La charrue semi-portée profite donc d’un attelage à chape, plus facile à adapter aux différentes géométries. Le timon est plus long, il offre davantage de dégagement lors des demi-tours ou dans les virages serrés. Question réglages, les plus importants ont été simplifiés. Par exemple, la profondeur de travail se pilote via les cales pivotantes sur la roue. Côté largeur de travail du premier corps, la manivelle positionnée sur le stabilisateur permet de la modifier. A noter que le système peut également être hydraulique (en option). Sur les versions Plus et Plus Nova, celle-ci s’ajuste hydrauliquement en fonction des conditions du sol, de la parcelle ou de la puissance du tracteur. Enfin, la pression de la sécurité varie facilement via le distributeur hydraulique du tracteur, et ce jusqu’à 2,2 t.

Châssis plus robuste pour absorber la puissance

Le châssis a été revu pour supporter des efforts de travail supérieurs. Les forces s’exercent en ligne droite, les déviations ont été réduites au minimum pour permettre d’utiliser la puissance de traction du tracteur. En outre, sa conception protège les points d’usure et les composants. A souligner aussi la construction robuste et la sécurité, qui garantissent la longévité de l’outil.  

Les articles du dossier