sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Crise sanitaire

précédent

25/41

articles

suivant

Tereos

Perte nette réduite au 1S, « résilience » face à la crise sanitaire


AFP le 19/11/2020 à 08:11

Le groupe sucrier Tereos a réduit sa perte nette au premier semestre, de 21 à 6 millions d'euros et fait preuve de « résilience » face à la crise sanitaire, même si l'impact de la jaunisse sur la production de betteraves sera plus élevé qu'anticipé.

« On a des résultats en Europe et pour le groupe quasiment du niveau qu’on avait avant la fin des quotas sucriers en octobre 2017, et ce malgré la crise sanitaire. Le chiffre d’affaires a été très résilient, et on a amélioré les marges dans le même temps », a commenté à l’AFP le président du directoire, Alexis Duval. Le deuxième groupe sucrier mondial (marque Béghin Say) fait état d’un chiffre d’affaires semestriel (à fin septembre) de 2,05 milliards d’euros, contre 2,1 milliard un an plus tôt, une « résilience qui démontre la flexibilité et la capacité d’adaptation de Tereos aux perturbations significatives engendrées par la crise sanitaire », selon le communiqué.

« L’effet des hausses de prix du sucre et de l’éthanol européens et des volumes vendus depuis le Brésil, a compensé l’impact temporaire de la crise sanitaire sur les volumes vendus ainsi que la baisse des volumes de sucre de négoce », résume Tereos. Son excédent brut d’exploitation (Ebitda) « ajusté » bondit de 141 % sur un an, à 237 millions d’euros. La dette nette du groupe s’affiche également en baisse de 253 millions d’euros par rapport à fin septembre 2019.

Concernant les dégâts générés par la jaunisse dans les cultures de betteraves, « la situation sanitaire est plus dégradée que ce nous anticipions. Nous faisions une estimation d’une perte de rendement de 12 %, mais aujourd’hui on annonce une nouvelle prévision de – 23 % », a indiqué Alexis Duval.

« Grâce aux stocks de précaution que nous avons commencé à constituer dès le printemps, et qui compenseront en partie les pertes de volume, l’impact net pour l’entreprise sera de 40 millions d’euros, dont la moitié sur l’exercice fiscal en cours, l’autre moitié sur le prochain », a-t-il détaillé. Concernant les perspectives, le groupe estime que « les fondamentaux du marché sucrier européen restent sains en termes de rapport ». En s’appuyant sur son programme Ambitions 2022, « qui vise à dégager plus de 200 millions d’euros de gains opérationnels » ainsi que sur des prix du sucre « en ligne avec ceux de marché pré-Covid-19, Tereos estime que son Ebitda « normatif » à l’issue de ce plan (2022) devrait se situer entre 600 et 700 millions d’euros ».

Les articles du dossier