sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Crise sanitaire

précédent

18/41

articles

suivant

Ré-ouverture des commerces

Le « soulagement » des fleuristes, qui peuvent rouvrir dès samedi


AFP le 25/11/2020 à 08:35

« On espère faire le buzz samedi » : après un mois d'activité limitée à la vente à emporter et à la livraison, les fleuristes pourront rouvrir leurs portes aux passants et « sauver la saison de Noël ».

« On est très heureuses de pouvoir reprendre le travail », explique Christiane Groll, patronne d’une boutique dans le centre-ville de Strasbourg, « d’autant que c’est un samedi très important pour nous en Alsace, avec la couronne de l’avent, » une tradition locale. « Depuis qu’on sait qu’on va rouvrir, on fait les dernières couronnes en sapin naturel », ajoute-t-elle, précisant que novembre-décembre représente « bien 40 % de notre chiffre d’affaires annuel ».

Depuis fin octobre et le reconfinement, les petits commerces « non essentiels » pouvaient vendre via des commandes et livraisons, mais pas accueillir les clients dans la boutique. Mardi soir, Emmanuel Macron a annoncé la fin de ces mesures de restrictions, en limitant l’ouverture jusqu’à 21 h maximum et avec l’application d’un « protocole sanitaire strict ».

Chez Christiane Groll, on se prépare à cette ouverture, des cartons traînent sur les étals. « Samedi ça va être compliqué, je pense qu’il va y avoir du monde. (…) On fera trois clients maximum dans la boutique », détaille Mme Groll, car la nouvelle jauge établit un plafond d’un client pour 8 m2 de surface commerciale.

« Il était très important qu’on ait ce week-end », confirme Pascal Mutel, président de la chambre syndicale des fleuristes d’Ile-de-France. « Maintenant, on a quatre semaines pour faire vraiment le chiffre qu’on aurait du faire en six, on espère que ça va passer ».

Cette ouverture est un « énorme soulagement » pour Pascal Mutel, une « excellente nouvelle », pour Florent Moreau, le président de la fédération français des artisans fleuristes (FFAF). « On la réclamait depuis plusieurs semaines, on y arrive ! » 

L’achat d’impulsion, 50 % de l’activité

« On sera moins sous pression », confirme Muriel Bouquin, fleuriste à la Chapelle-sur-Erdre, au nord de Nantes, et représentante départementale de sa profession.

« On nous aurait dit « vous n’ouvrez qu’au 15 décembre », c’était fini ! Là, les gens vont avoir été assez frustrés de pas pouvoir acheter, donc je pense que ça devrait bien se passer », espère-t-elle.

Le ministre de l’économie Bruno Le Maire s’est dit mercredi favorable à l’ouverture des commerces tous les dimanches jusqu’à Noël.

L’espoir d’un coup de pouce après une année noire : un confinement au printemps sans les adaptations du « click and collect » à grande échelle, un 1er-Mai sans pouvoir vendre du muguet au seuil de la boutique, et les mariages, fêtes et autres événements annulés en masse.

« On a réussi à faire une prestation en septembre, après j’ai dû avoir deux, trois mariages », regrette Muriel Bouquin, et « comme c’est en petit comité, les gens prenaient le bouquet de la mariée, une décoration de table, au lieu d’avoir toute la décoration de l’église… » A partir de samedi, les badauds pourront s’arrêter devant un fleuriste et, enfin, acheter un bouquet au débotté. « On estime que l’achat d’impulsion, c’est à peu près 50 % de notre activité », juge Pascal Mutel.

« On a un bel extérieur, ça donne envie ! », complète Muriel Bouquin. « On vient de finaliser la vitrine de Noël, les clients vont avoir envie de franchir la porte. Là, c’est hyper frustrant de recevoir nos clients sur le trottoir ».

Les articles du dossier