Désherbage du colza

Lancement réussi pour Mozzar/Belkar !


TNC le 03/04/2020 à 15:32

Avec 22 % des surfaces de colza traitées avec Mozzar/Belkar à l'automne 2019, Corteva Agriscience dresse un bilan positif de cette première campagne d'utilisation. Avec cet herbicide, la firme met en avant l'évolution des pratiques pour un désherbage du colza « plus raisonné », « axé sur la post-levée », et plus globalement une façon différente de cultiver le colza.

Premier herbicide colza de post-levée à large spectre, Mozzar/Belkar semble en bonne voie pour faire évoluer les pratiques de désherbage des colzaïculteurs français. Pour l’automne 2019, « 92 % des utilisateurs se disent satisfaits de cet herbicide et comptent le réutiliser l’année prochaine », précise Coline Sicaud, chef de marché herbicides colza chez Corteva Agriscience.

Avec cette solution, « Corteva Agriscience devient ainsi « LA » société de la post-levée en colza », ajoute Coline Sicaud. En effet, la firme enregistre + 7 % de parts de marché sur ce segment entre l’automne 2018 et l’automne 2019, amenant ainsi à 26 % des surfaces de colza traitées par une des solutions de désherbage post-levée de Corteva Agriscience (selon le panel ADquation).

À lire aussi : Colza, céréales d’hiver… Gelées printanières : quelles conséquences possibles sur les cultures ?

« Investir sur un colza bien implanté »

Dans un contexte de semis de colza, une nouvelle fois, marqués par la sécheresse, 40 % des agriculteurs soulignent, comme principal critère d’achat de Mozzar/Belkar, le fait de pouvoir « investir sur un colza bien implanté ». « Lorsque qu’on utilise des produits de pré-levée, les colzas ne sont pas levés… s’ils ne lèvent pas, le produit est perdu. Avec Mozzar/Belkar, […] on utilise le produit à bon escient, sur un colza levé », témoigne Dominique Collon, agriculteur dans la Vienne et utilisateur de l’herbicide à l’automne 2019.

22 % des agriculteurs citent également le fait de pouvoir « raisonner le désherbage en fonction des adventices levées et de leur développement ». D’après les essais réalisés, c’est aussi l’opportunité de « laisser le colza s’implanter correctement, sans freins », remarque Isabelle Rougerie, responsable technique colza chez Corteva Agriscience d’après les essais réalisés.

La stratégie « tout en post-levée » se déploie

Dans la pratique, on observe ainsi un engouement pour les stratégies désherbage colza « tout en post-levée » : 4 % en 2017, 9 % en 2018 et 17 % en 2019. Selon le panel ADquation, la typologie des programmes avec Mozzar/Belkar va aussi dans ce sens, avec 51 % des utilisations pour des programmes « tout en post », contre 49 % pour des programmes « pré + post ».

Dans les situations de forte pression dicotylédones avec des levées échelonnées, Corteva Agriscience recommande une stratégie de double post-levée. D’après les essais réalisés par la firme, cette stratégie offre une efficacité de 98 % sur géranium et gaillet, contre 62 et 68 % pour une seule application. 99 % d’efficacité également sur matricaires : « attention à viser des matricaires jeunes », souligne toutefois Isabelle Rougerie. Résultats semblables sur géranium, coquelicot, bleuet et chardon marie. En moyenne, le coût moyen est de 76 €/ha, pour deux applications de Mozzar/Belkar à 0,25 l/ha chacune.

Essais désherbage Corteva Agriscience sur géranium et gaillet à Charentilly (Indre-et-Loire). (©Corteva Agriscience)

« Proposer une façon différente de cultiver le colza »

Le lancement de Mozzar/Belkar fait partie intégrante de la démarche « Colza différent », initiée par Corteva Agrisciences. L’ambition : « proposer une façon différente de cultiver le colza afin de redynamiser la culture », qui fait face à de nombreuses impasses techniques…

La démarche Colza différent. (©Corteva Agriscience)

Plus d’informations à venir sur cette démarche d’ici la fin de l’année, à suivre donc !

À relire : Corteva Agriscience – Un ensemble d’innovations pour « cultiver le colza différemment »