État des nappes phréatiques

La recharge 2019-2020 a été supérieure à la moyenne


TNC le 15/05/2020 à 15:46
La recharge de l'hiver a été efficace. (©Didier Sibourg/Fotolia)

La recharge de l'hiver a été efficace. (©Didier Sibourg/Fotolia)

L'automne et l'hiver 2019-2020 ont été suffisamment pluvieux pour permettre une bonne recharge des nappes phréatiques. C'est ce que relève le dernier état des nappes phréatiques du BRGM. À l'exception de certaines nappes qui doivent rester sous surveillance : les nappes de la plaine d’Alsace, du couloir de la Saône et du Rhône et du Massif Central.

« La recharge des nappes phréatiques 2019-2020 s’est terminée entre mi-mars et fin avril. Elle a été nettement supérieure à la moyenne, du fait de pluies efficaces précoces et conséquentes », résume le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans son état des nappes phréatiques au 1er mai 2020.

Malgré quelques semaines de temps sec entre la mi-mars et la fin du mois d’avril, « la situation reste satisfaisante, avec des niveaux autour de la moyenne à hauts sur une grande partie du territoire », note le BRGM. Seules exceptions : les nappes de la plaine d’Alsace, du couloir de la Saône et du Rhône et du Massif Central. Les niveaux sont bas et sont à surveiller.

Le ministère de la transition écologique et solidaire a d’ailleurs publié fin avril une carte des territoires à risque face au manque d’eau. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté sont celles où le risque apparaît le plus élevé. 

État des nappes phréatiques au 1er mai 2020. (©BRGM)

Avec les forts cumuls de précipitations enregistrés en ce début mai, le BRGM estime que ces pluies pourraient s’infiltrer jusqu’aux nappes. Les nappes les plus réactives pourraient alors enregistrer des niveaux à la hausse.

Lire aussi : M. Gautreau : « Je n’avais jamais vu un orage comme ça, 55 mm en 40 minutes ! »

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur la météo Agri Mutuel.