Transition agro-écologique

Gaïago rejoint le mouvement Pour une Agriculture du Vivant


TNC le 07/01/2021 à 08:03
Selon Gaïago, « en restaurant les fonctions vitales des sols, les agriculteurs sont mieux préparés pour faire face aux effets du dérèglement climatique, aux différentes problématiques des cultures et peuvent cultiver plus avec moins d’intrants ». (©Pour une Agriculture du Vivant)

Selon Gaïago, « en restaurant les fonctions vitales des sols, les agriculteurs sont mieux préparés pour faire face aux effets du dérèglement climatique, aux différentes problématiques des cultures et peuvent cultiver plus avec moins d’intrants ». (©Pour une Agriculture du Vivant)

En rejoignant Pour une Agriculture du Vivant, Gaïago entend prendre part « au grand mouvement pour réaliser collectivement la transition agro-écologique et la revitalisation des sols en France ».

Société bretonne d’outils et de produits innovants de revitalisation des sols et des agrosystèmes créée en 2014, Gaïago a annoncé, le 5 janvier 2021, rejoindre le mouvement Pour une Agriculture du Vivant. L’objectif de ce dernier : « accélérer la transition alimentaire et agricole vers l’agro-écologie en structurant des filières de produits. Ses quatre missions sont : le développement agronomique de l’agro-écologie, la coopération et la structuration de filières, la communication et la sensibilisation aux enjeux de l’agro-écologie et, enfin, le financement de la transition. »

« En devenant membre du mouvement Pour une Agriculture du Vivant, nous affirmons notre volonté de nous engager avec des acteurs impliqués dans des pratiques qui permettent de nourrir correctement tout en ayant une action positive sur les sols, le climat, l’environnement et la biodiversité. Gaïago pourra ainsi mettre toute son expertise sur la revitalisation des sols au service de la transition agro-écologique », déclare Jean-Pierre Princen, président de Gaïago. 

« Nous sommes heureux d’accueillir Gaïago parmi les membres du mouvement Pour une Agriculture du Vivant, précise Anne Trombini, sa directrice. Grâce à l’implication de nombreux acteurs de la chaîne agroalimentaire, des agriculteurs jusqu’aux filières, la transition vers l’agro-écologie s’accélère autour d’un objectif commun : des sols vivants et des écosystèmes revitalisés, socle d’une agriculture optimiste. »