Gel d'avril

Des pommes mais pas de poires dans les vergers


AFP le 27/08/2021 à 22:55
(©Pixabay)

(©Pixabay)

Malgré l'épisode de gel historique qui a frappé en avril 2021 les vergers français, la récolte de pommes sera au rendez-vous, à la différence de celle de poires, ont annoncé vendredi les producteurs français.

« Marquée par des épisodes de gel ayant concerné quasiment toutes les régions au printemps dernier, la récolte 2021 sera toutefois identique à celle de 2020 en pommes, mais très fortement déficitaire en poires », a indiqué l’association nationale pommes poires (ANPP) dans un communiqué.

« La production française de pommes devrait atteindre 1,375 million de tonnes selon les prévisions de l’ANPP, soit un niveau comparable à 2020 mais en recul de 8 % par rapport à la moyenne des 3 années précédentes », a indiqué l’association des producteurs.

Annoncée avec une à deux semaines de retard par rapport à l’an dernier, « la récolte attendue proposera des calibres un peu plus petits qu’habituellement, notamment en Gala, variété qui arborera une belle coloration en raison des conditions météorologiques de l’été, plutôt fraiches », apprend-on de même source.

Une récolte européenne dans la moyenne

La récolte européenne de pommes est annoncée à 11,73 Mt, un niveau également « conforme à la moyenne ».

En revanche, « la récolte de poires françaises est la plus déficitaire connue avec 57 000 tonnes, soit un recul de 57 % par rapport à 2020 », a déploré l’ANPP.

L’Europe dans son ensemble a été fortement touchée par les aléas climatiques, produisant « la plus petite récolte des 30 dernières années avec 1,6 Mt » (- 28 % par rapport à 2020), toujours selon l’ANPP.

« Mis à part le Portugal et l’Allemagne, tous les pays européens affichent un fort déficit, notamment l’Italie, 1er producteur européen de poires, qui annonce une récolte en recul de 65 % », ajoute l’ANPP.

Qualifié de « plus grande catastrophe agronomique de ce début de siècle » par le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, l’épisode de gel d’avril a touché 10 des 13 régions françaises, mettant à mal nombre de cultures, au premier rang desquelles l’arboriculture et la viticulture.