Blé CRC sans résidu de pesticides

Dès 2021, une prime de 85 €/t à partager entre l’agri et son organisme stockeur


TNC le 14/12/2020 à 16:45
Dans le cadre du blé tendre CRC certifié « sans résidu de pesticides », les meuniers devront verser une prime de 85 €/t aux organismes stockeurs. (©Pixabay)

Dans le cadre du blé tendre CRC certifié « sans résidu de pesticides », les meuniers devront verser une prime de 85 €/t aux organismes stockeurs. (©Pixabay)

Le « sans résidu de pesticides » arrive dans la filière céréales avec le GIE CRC. La première campagne test vient d'être lancée en blé tendre, avec une centaine d'agriculteurs et 25 % des organismes stockeurs adhérents engagés.

Le GIE CRC (Culture raisonnée contrôlée) a profité de son assemblée générale, le 9 décembre dernier, pour officialiser le lancement de la première campagne de blé tendre CRC certifié « sans résidu de pesticides » (SRP), pour une récolte attendue en 2021. Une centaine d’agriculteurs et 25 % des organismes stockeurs (OS) adhérents se sont engagés dans cette phase pilote. Pour une «  juste rémunération » des acteurs, une prime de 85 €/t a été fixée par la filière, indique Étienne Henriot, président du GIE CRC. La démarche sera la même qu’avec la prime CRC (21 €/t) : les 85 €/t sont versés par les meuniers à l’organisme stockeur et ce dernier doit les partager avec les agriculteurs selon sa politique établie (entre 11 et 16 €/t dans le cadre de la prime CRC). Si « cette prime peut paraître élevée », Étienne Henriot note toutefois que « les investissements pour les OS et les agriculteurs sont conséquents ». 

Comme l’avait annoncé Marc Bonnet, directeur général du GIE CRC, en mars dernier, la filière CRC entend « donner, avec cette initiative, un indicateur clair aux meuniers, boulangers, industriels et consommateurs en quête de produits céréaliers bons pour les Hommes et l’environnement. Cela permettra à terme de garantir le SRP sur une denrée quotidienne comme le pain ». Outre la volonté d’augmenter les volumes de production pour les campagnes à venir, la filière CRC ambitionne également d’ouvrir le cahier des charges CRC SRP à d’autres productions. 

La famille CRC s’agrandit avec le pois chiche et le colza

Autre annonce lors de l’assemblée générale : après le sarrasin en 2019 et l’épeautre en 2020, Marc Bonnet a réaffirmé l’arrivée dans la famille CRC du pois chiche pour la récolte 2021 et du colza pour la récolte 2022. Le cahier des charges de ce dernier est en cours de rédaction.