Retour sur la météo 2019

Canicule l’été, pluies à l’automne : les agriculteurs en première ligne


TNC le 31/12/2019 à 06:04
Canicule et sécheresse pendant l'été, fortes précipitations à l'automne : les agriculteurs ont dû s'adapter aux conditions climatiques particulières de l'année 2019 (©Comptes twitter François Arnould, Thomas Graindorge, Popot Xavier et photo TNC)

Canicule et sécheresse pendant l'été, fortes précipitations à l'automne : les agriculteurs ont dû s'adapter aux conditions climatiques particulières de l'année 2019 (©Comptes twitter François Arnould, Thomas Graindorge, Popot Xavier et photo TNC)

Vignes comme « brûlées au chalumeau », violents incendies lors de la moisson ..., « l'urgence climatique » a bouleversé hommes et animaux en 2019, lors d'une canicule « historique ». Depuis octobre, ce sont les pluies qui dominent sur la scène météo empêchant les agriculteurs d'emblaver leurs cultures d'hiver dans de bonnes conditions.

« C’est le premier vrai avertissement d’un dérèglement climatique », estime Catherine Bernard, dont les vignes ont subi des brûlures soudaines et sans précédent à Restinclières, un village à une trentaine de kilomètres de Montpellier.

L’année où des millions de jeunes se sont mobilisés à travers le monde pour préserver la planète, cette viticultrice française a subi dans son quotidien les changements du climat. « La vigne accompagne l’homme depuis plus de 6 000 ans. Si on ne peut plus la cultiver dans le sud…la vie de l’homme n’aura plus sa place ici », s’inquiète-t-elle.

Le vendredi 28 juin, quand sa vigne a été calcinée, plusieurs départements (Gard, Hérault, Bouches-du-Rhône et Vaucluse) étaient placés en « alerte rouge canicule ».

Lire aussi : Canicule – Des températures jamais atteintes en France avec plus de 45 °C
11 750 ha et plus de 1 000 exploitations sinistrées dans l’Hérault

Soleil écrasant, vent brûlant et chaleur suffocante ont accablé de manière inédite humains, animaux et végétaux, pourtant habitués à de fortes températures estivales dans ces régions méditerranéennes.

La petite commune héraultaise de Vérargues a pulvérisé le record des températures en France avec 46 degrés. Le précédent pic absolu datait de 2003 avec 44,1°C dans le département voisin du Gard.

Méditerranée plus exposée

Quelques semaines plus tard en juillet, un deuxième épisode de canicule touchait aussi le nord de la France, le mercure grimpant jusqu’à 42,6° Celsius à Paris. En tout, les pics absolus de température ont été dépassés dans un tiers des quelques 600 stations de mesure du pays.

Avec des températures atteignant les 40 degrés parfois, les agriculteurs étaient en première ligne face à la canicule. Sur Twitter et Facebook, ils ont montré avec beaucoup d’humour, comment ils s’adaptaient à ces conditions particulières.

« La température moyenne saisonnière nationale calculée sur 170 stations atteint 21,02 degrés, positionnant l’été 2019 en troisième place des étés les plus chauds derrière 2018 (21,15 degrés) et 2003 (22,24 degrés). Avant 2017, 18 et 19, il n’y avait jamais eu… deux étés consécutifs au-dessus du seuil de 20 degrés ! Cette chaleur omniprésente ces trois derniers étés s’inscrit clairement dans le contexte de réchauffement climatique observé en France ces 40 dernières années » indiquait Frédéric Decker, météorologue chez MeteoNews dans son bilan météo de l’été.

Revoir le bilan météo de l’été 2019, troisième été le plus chaud en France

Les pourtours de la Méditerranée ont été identifiés comme un  « point chaud » du changement climatique : ils se réchauffent 20 % plus rapidement que la moyenne mondiale, selon le MedECC, un réseau de scientifiques méditerranéens. Ces derniers considèrent que la région méditerranéenne sera davantage exposée à des épisodes de canicule et de sécheresse mais aussi à des phénomènes d’orages-inondations d’une violence croissante.

De nombreux incendies

« Cette canicule a été vraiment historique par son côté précoce et par l’ampleur des dégâts : dans l’Hérault, 11 587 hectares et plus de 1 060 exploitations touchés, pour la plupart en viticulture (79 %) mais aussi dans le domaine de l’élevage (11 %) », relève Jérôme Despey, viticulteur et président de la Chambre d’agriculture de ce département. Quelque 58 % des exploitants déclarent un impact sur la récolte de fort à très fort, ajoute-t-il. « Tout le monde a bien conscience aujourd’hui que le changement climatique est une réalité et que l’agriculture est en première ligne ».

Lire aussi : 88 % des agriculteurs redoutent de plus en plus le risque climatique

Une « urgence climatique » dont Julien Chaptal, viticulteur en conversion vers le bio à Bellegarde (Gard) a pris brutalement conscience : il a perdu 95 % de sa récolte en cépage Grenache et 50 % en Syrah. « C’est très lourd pour ma trésorerie. Les aides, on n’en aura pas, les promesses politiques c’est du vent », tempête le vigneron.

Pour Christian Pons, les conséquences de la canicule ont également été « catastrophiques », avec la perte de 80 ruches par la fonte de cire qui a englué des centaines de milliers d’abeilles : « du jamais-vu », pour cet apiculteur exerçant près de Montpellier depuis 15 ans.

En Auvergne, les récoltes de céréales se sont avérées très décevantes. Dans le sud de la Limagne, certaines exploitations « ont fait des récoltes à 15 quintaux l’hectare », selon Nicolas Coudrey de la chambre départementale d’agriculture du Puy-de-Dôme. « Les pertes sont conséquentes. Globalement, c’est historique : nous n’avions pas des pertes aussi importantes, même les années exceptionnelles », assure-t-il.

Lire aussi : Les agriculteurs auvergnats inquiets après une récolte catastrophique

Dans le Gard, la canicule, prolongée par une sécheresse extrême et durable, a provoqué des incendies d’une ampleur exceptionnelle avec 1 200 hectares brûlés sur la saison. Au moment des moissons, plusieurs milliers d’hectares ont également brûlés plus au nord, notamment dans le Centre, les Hauts-de-France ou en Normandie.

Des pluies depuis fin septembre

Après les fortes chaleurs et la sécheresse qui s’est maintenue jusqu’à fin septembre, ce sont les pluies qui ont pris le relais, empêchant un déroulement serein des semis d’automne. Dans un sondage réalisé deuxième quinzaine d’octobre sur Terre-net, 58 % des agriculteurs indiquaient être en retard dans leurs semis.Aussi, une grande partie des agriculteurs ont dû revoir leurs pratiques culturales habituelles. Nombreux parmi ceux qui avaient abandonné le labour y sont revenus cette campagne pour semer leurs céréales.En cette fin d’année 2020, les agriculteurs s’interrogent sur les conséquences que ces semis tardifs pourront avoir sur leurs cultures. Certains ont prévu de revoir leur assolement.Une même question trotte dans toutes les têtes, les premiers mois de 2020 seront-ils aussi pluvieux que les trois derniers de 2019 ?

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur votre météo Agri Mutuel.