Société

Peut-on encore parler sereinement d’élevage avec les citoyens ?


TNC le 18/09/2020 à 15:16
Etienne Fourmont, Gabrielle Dufour, Dominique Gautier et Hervé Le Prince ont débattu de la communication autour de l'élevage, le 16 septembre, au Space. (©TNC)

Etienne Fourmont, Gabrielle Dufour, Dominique Gautier et Hervé Le Prince ont débattu de la communication autour de l'élevage, le 16 septembre, au Space. (©TNC)

Alors que le référendum d’initiative partagée pour les animaux reçoit un bon accueil, que les associations antispécistes font de plus en plus entendre leur voix, est-il encore possible, pour les éleveurs, d’expliquer leur métier à des consommateurs de plus en plus exigeants vis-à-vis des pratiques agricoles ?

La pédagogie de l’élevage est-elle désormais impossible ? C’est la question à laquelle a tenté de répondre un débat organisé par le Syrpa dans le cadre du Space 2020, le 16 septembre. Premier point, les Français restent attachés aux agriculteurs, comme le confirment les chiffres de l’institut BVA : seuls 10 % en ont une mauvaise opinion. En revanche, dans une société de plus en plus urbaine et déconnectée du monde agricole, la méconnaissance est forte. Ainsi, 65 % déclarent mal connaître les différents moyens de faire pousser les cultures, 58 % avouent qu’ils connaissent mal les différents modes d’élevage, mais 58 % sont pourtant d’accord avec l’idée que l’élevage en France est trop intensif, trop industrialisé.

Lire aussi : Bien-être animal et élevage : plus de 80 % des Français favorables à des mesures plus fortes

Continuer à prendre la parole

Cette méconnaissance, conjuguée à l’intérêt fort des Français pour le secteur agricole, doit inciter les agriculteurs à prendre la parole. Comme l’explique Hervé Le Prince, citant l’agroéconomiste Jean-Marie Séronie, « l’agribashing est une chance pour la France ». Les Français viennent de comprendre que la santé est liée à ce qu’on mange et s’intéressent à l’agriculture, c’est une chance pour les agriculteurs qui doivent prendre la parole à ce sujet, poursuit, catégorique, l’expert en stratégie de communication : « l’agriculture a trop parlé de raison, elle doit parler d’émotion ».

Lire aussi : Communication : L214 relève les failles, aux éleveurs d’apporter les preuves !

« Quand je me suis installée en 1992, je n’aurais jamais imaginé participer à une table-ronde pour parler de communication autour de mon métier », témoigne Dominique Gautier, éleveuse de porcs. Cependant, dès les années 2000, elle ressent le besoin d’échanger avec les consommateurs inquiets de la façon dont est produite la viande, et elle met en place des portes-ouvertes à la ferme. « On invitait les touristes à venir visiter notre élevage, à comprendre comment on travaillait. C’était artisanal. Mais j’ai pris goût à ça : les gens sont surpris, ils sont ravis, trouvent que c’est très propre, très organisé, ils sont rassurés sur les conditions de production ».

« J’aimerais que mon travail soit mieux rémunéré »

« L’agribashing, ce n’est pas nouveau, il y aura toujours des gens contre ce que l’on fait, mais c’est important d’expliquer notre métier », estime de son côté Etienne Fourmont, éleveur laitier dans la Sarthe et très présent sur les réseaux sociaux (Youtube, Twitter).

Des explications qui servent non seulement à expliquer le quotidien, mais qui doivent aussi permettre de sensibiliser le consommateur à la qualité des produits français et à leur coût. « Moi je ne veux pas être rémunéré pour le temps que je passe à communiquer, par contre j’aimerais que mon travail soit mieux rémunéré », regrette ainsi l’éleveur laitier. Dans cet esprit, il ne s’enthousiasme pas forcément des initiatives qui mettent en avant la juste rémunération des producteurs, même si elles permettent au consommateur de se poser certaines questions. « Je trouve ça triste de faire du marketing pour un produit qui rémunère le producteur, car c’est le principe même du produit, il doit rémunérer le producteur ! », lance-t-il.

« J’ai compris la notion de compromis »

S’il paraît difficile d’expliquer son métier face à des inquiétudes, parfois exacerbées par le discours des associations et des médias, la découverte du terrain et de la réalité de l’agriculture peut néanmoins faire changer d’avis. Ainsi, Gabrielle Dufour, pourtant écologiste convaincue, a progressivement abandonné sa vision manichéenne de l’agriculture.

« J’étais à l’époque très condescendante vis-à-vis du monde agricole. Je pensais que j’avais de l’empathie, que j’avais la solution que les agriculteurs n’ont pas la capacité de trouver, et c’est une impression corroborée par beaucoup de médias », explique-t-elle. Se lancer dans la création d’une Amap à Paris a constitué un premier pas vers la compréhension des problématiques agricoles.  « J’ai compris le compromis, que l’agriculture biologique utilise des pesticides, que le métier peut être exténuant, et qu’il y a un équilibre à trouver entre gagner sa vie et produire quelque chose d’écologique et de désirable pour les consommateurs ». Une preuve de plus pour convaincre les agriculteurs de communiquer davantage sur leurs pratiques !