Algues vertes

Des échouages supérieurs à la moyenne en Bretagne cet été


AFP le 14/09/2020 à 14:11

Les surfaces d'échouages d'algues vertes, qui émettent un gaz toxique en se décomposant, sont supérieures à la moyenne cet été en Bretagne après un printemps plutôt épargné, selon des données du centre d'étude et de valorisation des algues (Ceva).

D’après les photos aériennes prises en juillet et août, la couverture des baies sableuses par les ulves est en hausse de « 30 à 40 % par rapport à la moyenne » 2002-2019, a indiqué à l’AFP Sylvain Ballu, chef de projet surveillance au Ceva. Le printemps avait pourtant bien commencé, avec des échouages d’algues vertes quasiment inexistants, à cause d’un hiver tempétueux propice à la dispersion des ulves. « On n’avait jamais vu un niveau aussi bas », souligne Sylvain Ballu. Mais avec les orages du mois de juin, le débit des cours d’eau a fortement augmenté, charriant des quantités importantes de nutriments, favorables à la croissance des algues. Le beau temps qui a suivi a contribué à leur prolifération.

Présentes dans la mer à l’état naturel, les algues vertes prolifèrent à cause des nutriments charriés par les rivières et provenant pour l’essentiel des résidus de l’agriculture. Quand elles se décomposent, ces algues émettent un gaz extrêmement toxique, qui peut être mortel.

Entre 2002 et 2019, les algues vertes se sont échouées sur environ 444 hectares de baies en Bretagne. Depuis le lancement du plan de lutte contre les algues vertes en 2009, « on va dans le bon sens », estime Sylvain Ballu. « Mais on n’est pas encore à un niveau de qualité de l’eau qui permette de s’affranchir de la prolifération d’algues vertes tous les ans ». Un taux de nitrate d’environ 10 est nécessaire pour empêcher la prolifération des « marées vertes », selon des modélisations scientifiques. Mais, dans les baies les plus sensibles, ce taux de nitrate peut monter à 30 au printemps.

En 2019, les surfaces d’algues vertes échouées avaient culminé en juin, dépassant alors de plus de 30 % la moyenne 2002-2018. Quant aux ramassages, 40 800 tonnes d’algues avaient été collectées en 2019 dans les 8 baies les plus importantes.