Académie d'agriculture de France

Depuis quand utilise-t-on des pesticides ?


Jean-Louis BERNARD et Bernard AMBOLET, membres de l'Académie d'agriculture de France le 13/08/2020 à 06:16
(©Getty images)

(©Getty images)

Le besoin de préserver les réserves alimentaires plonge ses racines plus de 10 000 années avant le temps présent. Les substances naturelles toxiques font partie des premiers moyens utilisés par l'homme pour se prémunir plus particulièrement contre les dégâts causés par les rongeurs et les insectes. Au fil des siècles, ces moyens se sont perfectionnés avec une recherche menée en parallèle pour obtenir une meilleure efficacité pratique et davantage d'innocuité.

Avant même la période néolithique, les chasseurs cueilleurs utilisaient déjà des moyens tirés de leur environnement naturel pour protéger les réserves de graines et de fruits issues du ramassage et de la cueillette. Ce besoin de préserver les stockages alimentaires a subsisté avec l’émergence de l’agriculture ; dès lors, il s’est étendu avec la nécessité de protéger les semis, de réduire l’envahissement des zones ensemencées par les herbes indésirables, de limiter les dommages occasionnés par les insectes et d’éviter le pillage des récoltes au champ.

Rongeurs, insectes et oiseaux : les premiers visés

En plus de méthodes physiques (feu, effarouchement, confinements hermétiques, houage…), les premiers agriculteurs ont fait appel aux substances toxiques repérées dans le milieu naturel. Ce fut en particulier le cas des poisons végétaux utilisés pour la chasse ou pour la pêche, et qui furent à l’origine des premières substances assimilables à des pesticides.

La scillle maritime (Urginea maritima L.) se rencontre sur les rivages du pourtour méditerranéen. Elle a été utilisée depuis des millénaires pour détruire les rongeurs.

De la chimie minérale aux méthodes de protection actuelles

Les premières solutions spécifiquement étudiées contre les maladies des plantes ont été mises au point au milieu du XVIIIème siècle pour réduire l’importance de la carie du blé.

Les premières solutions herbicides ont été mises au point à la fin du XIXème siècle avec l’étude du sulfate de cuivre puis de l’acide sulfurique comme désherbants sélectifs du blé.

Les principaux insecticides utilisés en agriculture au XIXème siècle étaient la nicotine ou des préparations associant les produits minéraux divers. L’utilisation à grande échelle des produits de protection a commencé après 1850 avec l’emploi du soufre contre l’oïdium de la vigne.

L’invasion de doryphore de la pomme de terre aux Etats-Unis, puis en Europe (1919) est à l’origine du développement des insecticides arsénicaux.

Les premiers composés de synthèse isolés et reconnus comme efficaces dans les années 1930 (ex : métaldéhyde, DDT, dithiocarbamates) n’ont commencé à être utilisés par l’agriculture qu’après la fin de la Seconde Guerre Mondiale ; pour bien des usages, ils ont supplanté les substances minérales, puis furent eux-mêmes concurrencés par des substances biologiques, des insectes auxiliaires, des phéromones d’insectes ou des variétés de plantes cultivées devenues tolérantes ou résistantes aux maladies grâce au progrès génétique.

Pour approfondir le sujet consultez aussi