Agriculture et numérique

Un grand basculement révélé par la crise du Covid-19


Guy WAKSMAN et Jean-Marie SERONIE, membres de l'Académie d'Agriculture de France le 17/06/2020 à 12:01
(©Getty Images)

(©Getty Images)

À l'occasion de la crise du Covid 19, loin de sombrer dans le désespoir, loin du confinement et de ses difficultés, le monde agricole a su réagir, et souvent en utilisant le numérique. La fiche publiée par l'Académie de l'Agriculture de France – écrite au cours du déroulement de la crise – établit la vision de cette mutation telle qu'elle est perçue en mai 2020. Elle a assurément vocation à être complétée, avec un certain recul de temps, par une seconde fiche qui étudiera comment les évolutions pressenties en mai 2020 se sont concrétisées ou non.

Télétravail

Évoquer le télétravail en agriculture peut sembler paradoxal, car jusqu’ici, les organisations de services aux agriculteurs avaient privilégié le contact direct. La crise du Covid 19 a changé la donne et a montré que la relation à distance va devenir socialement acceptable, tant pour les prestataires que pour les agriculteurs (par exemple, pour les dossiers comptables ou les aides PAC).

Autre modification significative, toutes les réunions tenues en visioconférences, et regroupant un grand nombre de participants : gains de temps de déplacement, mais aussi d’efficacité de réunions mieux préparées, avec moins de bavardages, un timing plus précis, donc un gain de productivité.

Vente directe de produits agricoles par Internet

Face à la fermeture de marché et aux pertes de certaines ventes (agneau pascal, par exemple), des agriculteurs se sont lancés dans la vente directe, alors même qu’ils avaient pu y être réticents. La crise a amené le développement de différentes solutions s’appuyant sur :
– le bouche à oreille, grâce aux réseaux sociaux,
– une logistique efficace : drive, livraisons.

Ces solutions nécessitent cependant un très bon sens du commerce, qui n’est pas toujours présent dans le monde agricole. Elles peuvent aussi amener une nouvelle répartition des rôles au sein de l’unité familiale.

Achats des intrants agricoles sur Internet

Ici, rien de bien nouveau, mais une amplification de ces achats via internet, faisant que les acteurs habituels (coopératives et négociants) sont secoués par cette concurrence. De son côté, le marché des matériels de seconde main, ancien, est devenu ouvert et international.

Emploi

Les Anglais ont découvert un fort déficit de travailleurs saisonniers étrangers, notamment pour ramasser les fraises. Et la France a besoin de 200 000 travailleurs ; autrefois, ceux-ci venaient d’Italie, d’Espagne, du Portugal ou de Pologne, puis ils sont venus de Roumanie et de Bulgarie. Face à cette crise, l’appel au recrutement sur Internet se fait de plus en plus.

Formation à distance

La formation via Internet va arriver à maturité, ce qui ne s’était pas vraiment produit jusqu’à présent, bien que des MOOC très élaborés soient proposés et rassemblent des milliers d’apprenants.

Robotisation

Le manque de main d’œuvre a incité à se tourner vers la robotisation. Ainsi en Californie, où la fermeture de la frontière mexicaine a provoqué une grave pénurie de main d’œuvre, les agriculteurs regardent du côté des robots, notamment ceux de cueillette, qui ont fait beaucoup de progrès grâce à l’intelligence artificielle analysant en temps réel les images captées, et donc repérant les fruits murs.

Télémédecine

Il n’y a pas encore de retour sur l’utilisation de consultation du médecin via Internet en milieu rural, bien que se devine l’intérêt de cette solution pour les territoires où l’offre de soins est la plus menacée. Des soignants et des patients habitués à dialoguer au travers d’Internet, ce sera sans doute pain béni pour les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) qui fédèrent les professionnels souhaitant s’organiser autour d’un projet de santé.

Soutien de la santé mentale

Un aspect non négligeable de la santé est la santé mentale, surtout lorsqu’on observe la surmortalité des agriculteurs par suicide, problème constaté en France mais aussi dans bien d’autres pays (USA, Grande Bretagne, Allemagne). L’atténuation de ce phénomène à travers des liens tissés via Internet pourrait être une avancée.

Télévétérinariat

Un décret du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, paru au Journal officiel du 6 mai 2020, autorise les vétérinaires à réaliser des consultations à distance et à recourir à des expertises par le biais d’outils numériques.

Galileo, c’est pour quand ?

Pour obtenir une précision suffisante avec le GPS, les exploitants agricoles s’équipent de stations RTK installées en poste fixe dans l’exploitation ; celles-ci servent de référence aux stations GPS mobiles (dans le tracteur par exemple), ce qui permet de corriger les signaux reçus des satellites et d’atteindre une précision centimétrique.

Si Galileo (qui aurait déjà un milliard d’utilisateurs) était utilisé dans l’agriculture, les stations RTK ne seraient plus nécessaires.

Sociabilité

Les agriculteurs, et plus généralement les ruraux, s’ils ont des aspirations d’usages analogues à ceux de leurs concitoyens, ont besoin d’accès Internet performants, afin de se distraire ou pour travailler.

Les insuffisances en milieu rural face aux besoins en Internet

Les accès Internet sont encore insuffisants : la 4G, l’ADSL et plus encore la fibre optique, sont loin d’irriguer totalement le monde rural. Ceci est d’autant plus pernicieux que le débit des réseaux de télécommunicaton est sans cesse appelé en augmentation, comme par exemple pour le développement des téléconférences et la généralisation du télétravail.

Le haut débit est devenu indispensable parce que le numérique est devenu une clé essentielle de nos économies ; ceci devrait inciter les acteurs du privé comme ceux du public à revendiquer le haut-débit pour tous.

https://www.academie-agriculture.fr/

Pour approfondir le sujet consultez aussi