Covid-19

SDF et Same offrent 800 000 euros pour aider la recherche médicale


TNC le 18/05/2020 à 10:57
Le groupe SDF fait un don de 800 000 € pour financer la recherche médicale. (©SDF)

Le groupe SDF fait un don de 800 000 € pour financer la recherche médicale. (©SDF)

Le groupe SDF et la fondation Same offre 800 000 € pour financer la recherche médicale et l'aider à trouver un vaccin contre le Covid-19 au plus vite. L'hydroxychloroquine va par exemple être testée en action préventive.

Le centre hospitalier de recherche Ospedale San Raffaele di Milano travaille activement pour mieux comprendre le virus du Covid-19 en vue de lutter rapidement contre sa propagation grâce à un vaccin.

À lire aussi : Covid-19 – Les pertes sont lourdes pour les producteurs laitiers transformateurs

SDF et la fondation Same ont décidé de soutenir financièrement l’hôpital grâce à un don de 800 000 €. Le professeur Giancarlo Comi, directeur de l’institut de neurologie expérimentale, va étudier l’action de l’hydroxychloroquine en action préventive. Le médicament antipaludéen est aussi utilisé pour traiter les polyarthrite rhumatoïde et le lupus érythémateux disséminé. Dans cette situation d’urgence, le personnel hospitalier est particulièrement exposé au virus et courre un risque élevé d’infection pouvant les conduire à la mort.

Tester l’hydroxychloroquine en préventif

L’étude Precov devrait couvrir 800 médecins et infirmières qui travaillent activement pour lutter contre la pandémie de Coronavirus à Ospedale San Raffaele. Elle vise à déterminer si la prise préventive d’hydroxychloroquine peut réduire le risque d’infection et limite la progression de la maladie.

Autre sujet : Que faire de 450 000 tonnes d’excédent de pommes de terre français ?

Le groupe SDF et la fondation Same soutiennent le travail du professeur depuis longtemps et sont heureux d’avoir contribuer au traitement de la sclérose en plaques. Le second projet financé est dirigé par le professeur Luca Guidotti, directeur scientifique adjoint de l’hôpital et professeur de pathologie générale à l’université Vita-Salute San Raffaele. Le projet appelle à la création d’un laboratoire de biosécurité unique où des études d’infections in vivo, telles que Covid-19, sur des modèles animaux pourraient être menées à l’aide de techniques d’imagerie avancées et de séquençage unicellulaire.

Étudier la bataille entre cellules immunitaires et virus

Le laboratoire de niveau P3 sera en mesure d’étudier des modèles animaux avec des technologies de pointe telles que la microscopie intravitale, permettant aux chercheurs de visualiser les interactions dynamiques entre le virus et les cellules hôtes en temps réel, et de faire du séquençage unicellulaire pour mettre en évidence comment les cellules individuelles de l’hôte changent lorsqu’elles rencontrent le virus et évoluent ensuite.

La technologie est généralement utilisée pour étudier d’autres virus, tout aussi dangereux, comme celui de l’hépatite B ou ceux de certaines fièvres hémorragiques. Le financement permettra de reconfigurer le laboratoire et de soutenir l’achat de la technologie nécessaire ainsi que le personnel supplémentaire pour l’utiliser. L’objectif est clair : participer à la lutte mondiale contre le coronavirus grâce à des outils capables d’observer en haute résolution la bataille entre les cellules immunitaires et les virus. Un scénario complexe qui varie d’une maladie infectieuse à l’autre et révèle souvent des secrets utiles à l’élaboration de nouveaux traitements et vaccins.