Plan d’investissement France 2030

Plus 2 milliards d’euros pour une « troisième révolution agricole »


TNC le 13/10/2021 à 09:01

Dans le cadre du plan d’investissement France 2030 qu’il a présenté ce 12 octobre, le président de la République a annoncé que 2 milliards d’euros seraient consacrés à « accélérer la révolution agricole et agroalimentaire ». L’accent sera mis sur le numérique, la robotique et la génétique.

« Pour réussir cette révolution de l’alimentation saine, durable et traçable, nous devons investir dans le numérique, la robotique, la génétique », a expliqué le chef de l’État lors de la présentation le 12 octobre de France 2030, un plan d’investissement doté de 30 milliards d’euros. Le secteur agricole n’a pas été oublié au sein des dix objectifs de ce projet destiné à « mieux produire, mieux vivre, mieux comprendre le monde en servant un humanisme français et européen », puisque 2 milliards d’euros, dont 500 M€ en fonds propres, y sont consacrés.

Dans ce cadre, a précisé le ministre de l’agriculture suite aux annonces, l’enjeu alimentaire et nutritionnel « prend une place forte », et participe au « mieux vivre ».

Une révolution du vivant et de la connaissance

Pour Julien Denormandie, lui-même issu d’une formation agricole, il s’agit bien d’avancer vers « une troisième révolution agricole », après les deux révolutions majeures des dernières décennies, à savoir le machinisme et l’agrochimie. Car « depuis lors, l’ensemble des politiques publiques ont été axées sur la réduction des impacts de la deuxième révolution agricole », avec pour conséquence la généralisation des importations qui « au bilan impliquent beaucoup plus d’émissions de gaz à effet de serre que ce que nous avons réduit », regrette le ministre.

Les deux milliards d’euros de France 2030, auxquels s’ajouteront également 800 M€ issus du PIA 4 (plan d’investissement d’avenir) permettront d’amorcer cette troisième révolution « du vivant et de la connaissance », en prenant appui sur le numérique, la robotique et la génétique.

Changement climatique, alimentation locale, fonds propres

Dans le détail, les fonds seront répartis selon trois axes. Pour engager la révolution du vivant et de la connaissance, 1,03 milliard d’euros (dont 430 millions du PIA4) seront déployés notamment pour accélérer les innovations face au changement climatique. Le deuxième volet a pour objectif le renforcement des chaines alimentaires locales pour une alimentation favorable à la santé. Il s’agira notamment, explique le ministre, de « faire émerger des solutions pour une alimentation nutritive, et de soutenir les projets structurants au niveau territorial, grâce à 850 M€ (dont 450 M€ du PIA 4).

Doté de 500 M€ en fonds propres, le Fonds Entrepreneurs du vivant permettra de soutenir l’installation des jeunes agriculteurs, et viendra en appui aux coopératives et aux entreprises du secteur alimentaire quelle que soit leur taille, précise Julien Denormandie. Enfin, un dernier volet, doté de 500 M€, est axé sur le développement des nouveaux matériaux bas-carbone, en particulier de la filière bois.

Une partie de ces fonds devrait être mise en oeuvre dès 2022.