Dans le Gers

Ouverture en 2021 de la première usine de chocolat équitable en Europe


AFP le 17/12/2019 à 16:50
(©Getty images)

(©Getty images)

La première usine en Europe qui produira exclusivement du chocolat bio et équitable verra le jour dans le Gers en 2021, a-t-on appris mardi auprès d'Ethiquable, pilier du commerce équitable en France.

Les fondateurs d’Éthiquable ont posé mardi à Fleurance (Gers) la première pierre de l’usine, un investissement de 15 millions d’euros, soutenu par la Banque des territoires de la Caisse des dépôts et consignations.

Un quart du chocolat bio vendu en France provient des filières d’Ethiquable au Pérou, en Equateur, à Madagascar et en Côte d’Ivoire, avec l’objectif d’installer le concept des terroirs du chocolat, comme pour les vins.

« C’est un schéma nouveau, avec une traçabilité de A à Z, et la possibilité de fabriquer des petits lots. On veut faire des chocolats d’origine. Cela va nous donner plus d’autonomie dans la production », a déclaré un des fondateurs d’Ethiquable, Christophe Eberhart.

« Le consommateur, insiste-t-il, veut un chocolat, comme les vins, avec des cacaos des terroirs, chose que l’industrie de masse a camouflé ».

L’usine située à une heure et demie de Toulouse produira 60 000 tablettes de chocolat chaque jour, car la demande ne cesse de croître. Le chiffre d’affaires d’Ethiquable, dont 45 % vient des ventes de chocolat dans les rayons bio de la grande distribution, a bondi de 20 % en 2019.

« Avec un prix de 2,30 euros la tablette, nous offrons un produit de qualité qui rémunère justement le producteur à un prix abordable », assure Christophe Eberhart. « Ethiquable achète notre production deux fois plus cher que le prix du marché », selon le directeur commercial de la coopérative Norandino, Santiago Paz, qui vend chaque année 250 tonnes de cacao et autant de café à la coopérative française.

En France, la société basée dans le Gers est le premier producteur de chocolat bio dans les moyennes et grandes surfaces, avec 25 % du marché.

Ethiquable vend l’essentiel de sa production en France, mais aussi en Allemagne, en Belgique et en Espagne.

La construction de l’usine française dont la production débutera en mai 2021 est doublée de la construction au Pérou d’une usine de production de masse de cacao, qui sera ensuite expédiée à Fleurance pour la dernière étape de la transformation.

« C’est un projet révolutionnaire », salue le dirigeant de Norandino qui rassemble 7 000 producteurs de cacao, café et sucre dans le nord du Pérou. M. Paz se réjouit qu’une partie de la transformation puisse se faire en Amérique latine. Actuellement, elle se fait essentiellement en Europe.