Crise en Géorgie

Moscou renforce son contrôle du vin


AFP le 24/06/2019 à 15:16

La Russie a indiqué lundi qu'elle renforçait son contrôle sur les importations d'alcool géorgien, notamment de vin, un secteur clé de ce pays du Caucase où des manifestations contre le pouvoir jugé pro-russe tendent actuellement les relations avec Moscou.

L’agence russe de protection des consommateurs (Rospotrebnadzor) a indiqué dans un communiqué qu’elle renforçait ses vérifications de « la qualité et la sécurité » des boissons alcoolisées géorgiennes importées en Russie, après avoir constaté une « détérioration ». Cette mesure fait suite à deux autres décisions prises par Moscou vendredi et samedi : la suspension des vols des compagnies russes vers la Géorgie et ceux des avionneurs géorgiens vers la Russie à partir du 8 juillet. Ces décisions frappent une destination prisée des touristes russes et réputée pour la qualité de sa viticulture. La capitale géorgienne, Tbilissi, connaît depuis jeudi une vague de manifestations déclenchées par l’intervention d’un député russe au Parlement géorgien. Beaucoup ont estimé sa présence choquante alors que les deux pays se sont affrontés dans une courte guerre en 2008 lors d’une intervention militaire russe en Géorgie. Les protestations se sont rapidement transformées en un mouvement plus général de colère contre l’homme le plus riche de Géorgie, Bidzina Ivanichvili, vu comme le vrai dirigeant du pays à travers le parti du Rêve géorgien, qu’il a fondé. Les importations de vin géorgien vers Moscou avaient déjà été suspendues en 2006, puis avaient repris en 2013 après l’élection d’un nouveau gouvernement soutenu par Bidzina Ivanichvili à Tbilissi.Le porte-parole du Kremlin a affirmé à la presse lundi que cette décision n’avait « rien à voir » avec les événements politiques en cours à Tbilissi.

De son côté, l’agence russe de protection des consommateurs a soutenu que la quantité d’alcool géorgien ne respectant pas les normes avait été multipliée par 2,9 entre 2014 et 2018, atteignant 203 000 litres. Moscou met régulièrement en œuvre des mesures de rétorsion commerciale à l’égard d’anciennes républiques soviétiques (Moldavie, Belarus, Ukraine), des décisions souvent considérées comme politiques. Les tensions restent fortes entre Tbilissi et Moscou depuis la guerre de 2008. L’armée russe était alors intervenue sur le territoire géorgien pour soutenir la petite Ossétie du Sud, région séparatiste prorusse, où Tbilissi avait lancé une opération militaire.