Économie circulaire

Le Sénat arc-bouté contre la consigne pour recyclage


AFP le 27/09/2019 à 11:10
(©Getty images)

(©Getty images)

Le Sénat a fait front uni jeudi pour s'opposer à une consigne pour le recyclage des bouteilles plastiques, malgré des assurances répétées de la secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson.

Le dispositif adopté par le Sénat lors de l’examen en première lecture du projet de loi contre le gaspillage et pour une économie circulaire réserve la consigne au réemploi et à la réutilisation. L’article réécrit par le Sénat a été voté par 342 voix pour et zéro contre.

Auparavant le Sénat avait rejeté par 300 voix contre et 7 pour (36 abstentions) un amendement du gouvernement qui règlementait les modalités de mise en place d’une consigne pour recycler les bouteilles en plastique.

Ces votes sans appel sont venus clore un long débat, ponctué d’échanges acerbes entre la ministre et les sénateurs.

En vain, Brune Poirson a défendu les garanties proposées aux collectivités : aucune consigne pour recyclage qui ne serait pas adossée à un dispositif de consigne pour réemploi ; assurance que les collectivités auraient un droit de regard sur les schémas d’implantation des machines de déconsignation et garantie qu’elles se verraient reverser les consignes des bouteilles qui se retrouveront dans le « bac jaune ».

« Ne laissons pas la voie ouverte aux industries de l’agro-alimentaire pour installer leurs machines à déconsignation où elles veulent », a-t-elle exhorté. « Nous devons réguler, nous devons contrôler le système pour mettre les collectivités au coeur du dispositif », a-t-elle insisté. « Nous pouvons nous mettre la tête dans le sable », mais « nos concitoyens veulent qu’on leur donne les moyens de lutter contre la dégradation de l’environnement ».

« La consigne pour recyclage est profondément incompatible avec le principe de développement durable et contraire à l’intérêt général », a au contraire déclaré la rapporteure, Marta de Cidrac (LR).

« La consigne doit être exclusivement de réemploi », a affirmé Cécile Cukierman (CRCE à majorité communiste), fustigeant dans la consigne pour recyclage « une belle opération de green washing » qui permettrait aux industriels de « mettre la main sur une manne financière ».

« Le gouvernement s’acharne (…) en essayant de faire passer cette consigne à tout prix », a déploré Joël Bigot (PS), estimant qu’« elle n’a fait qu’obstruer les enjeux réels de l’économie circulaire ».

« Je suis jeune, je suis un peu idiote, j’ai moins d’expérience que vous, je ne suis pas politique », a lancé ironiquement la secrétaire d’Etat aux sénateurs, provoquant l’ire du président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable Hervé Maurey (centriste). « Cessez d’être sur un registre de la caricature ou de l’invective », a-t-il déclaré. « N’essayez pas de nous ringardiser, ne nous tournez pas en ridicule », a également demandé le sénateur LR Jean-François Husson.