Vilmorin

Le retour au jardinage profite aux ventes, au premier trimestre


AFP le 03/11/2020 à 10:05

Le semencier français Vilmorin a vu ses ventes progresser légèrement, lors du premier trimestre de son exercice décalé 2020-21, un résultat imputable en partie à un bond spectaculaire de sa branche jardinage, qui semble avoir profité des mesures de confinement contre la pandémie de Covid-19.

Lors de la période du 1er juillet au 30 septembre, cette branche jardinage a connu une hausse de près de 25 % des ventes, à 9,1 millions d’euros, en données courantes, pour un chiffre d’affaires global en progression de 1,1 %, à 234,4 millions d’euros.

« Cela fait deux trimestres que l’activité (produits de jardin) connaît une forte croissance, liée probablement à la crise sanitaire, au fait que les gens ont redécouvert l’activité de jardinage. C’est positif pour nous », s’est réjouie Valérie Monsérat, directrice de la communication financière, lors d’une conférence téléphonique.

« Est-ce que ça va se maintenir sur la durée ? Cela reste un point d’interrogation, les ventes de sachets de semence avaient plutôt tendance à s’effriter depuis les dix, quinze dernières années », a-t-elle prudemment commenté.

La branche semences de grandes cultures a également progressé, de 3,8 % à données courantes, malgré un effet devises pénalisant, notamment du réal brésilien et du peso mexicain par rapport à l’euro. Globalement, l’impact des devises a été « négatif à hauteur de douze millions sur ce trimestre », selon Valérie Monsérat.

En Europe, les ventes de colza, une part importantes des ventes au premier trimestre ont enregistré « une nouvelle fois une progression de très bon niveau dans un marché une nouvelle fois en baisse, avec des surfaces qui sont en recul de manière importante, notamment en France et au Royaume-Uni », en raison de la sécheresse au moment des semis, a indiqué Valérie Monsérat.

Le maïs, « très clairement l’espèce la plus importante », a vu ses ventes progresser fortement au Brésil, malgré une légère baisse estimée des surfaces.

Seules les semences potagères, également pénalisées par des effets devises défavorables, ont vu leur chiffre d’affaires reculer en données courantes (- 3,5 %), malgré une croissance des volumes de ventes dans la plupart des zones, même si en Asie, les ventes « ont été pénalisées par des conditions climatiques défavorables, en particulier en Inde et en Chine ».

Pour 2020-21, Vilmorin & Cie maintient néanmoins son objectif de progression de chiffre d’affaires consolidé d’au moins 3 % à données comparables, tout comme son objectif de taux de marge opérationnelle courante proche de 8 %.

En 2019-20, exercice clos au 30 juin 2020, Vilmorin & Cie a dégagé un bénéfice net de 66,2 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires, de 1,43 milliard d’euros.