Euronext

Le blé se stabilise, au lendemain d’une consolidation


AFP le 20/11/2020 à 14:06

Les prix du blé étaient stables, vendredi à la mi-journée, au lendemain d'une journée de consolidation, et au terme d'une semaine qui a installé l'échéance rapprochée au-dessus du seuil des 210 euros.

Difficile toutefois de savoir si cela va durer, selon un courtier interrogé par l’AFP : « le problème c’est qu’on manque profondément de visibilité. On sait que les fonds restent très présents, or ils n’ont pas le comportement des opérateurs et réagissent à des éléments exogènes à nos métiers ».

« À très court terme, dans l’absolu, on n’a pas de raison de voir le marché baisser », a estimé ce courtier, qui a rappelé le niveau toujours soutenu de la demande. « Les éléments qui pourraient venir perturber les cours sont des éléments forcément exogènes », comme les élections américaines ou des nouvelles relatives à la gestion de la crise sanitaire susceptibles d’emballer les marchés financiers, et qui pourraient pousser les fonds à vendre les matières premières, considérant que les actions seraient plus rémunératrices que les matières premières, selon ce trader.

Un élément plus agricole est toutefois surveillé par les opérateurs, « l’étendue de la grippe aviaire », depuis l’apparition en France de deux foyers de contamination dans des animaleries, cette semaine, selon ce courtier. « Pour l’instant c’est trop tôt pour dire que c’est la cata, mais c’est une épée de Damoclès pour nos marchés », a-t-il conclu.

Dans les ports, le marché reste tendu, avec de la demande et peu de produits.

Peu avant 13h30 (12h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait de 25 centimes sur l’échéance de décembre à 210,75 euros et de 25 centimes également sur l’échéance de mars à 209 euros, pour environ 18 000 lots échangés.

La tonne de maïs, elle, progressait de 50 centimes sur l’échéance de janvier à 193,25 euros, et de 1,25 euro sur l’échéance de mars à 193 euros, pour environ 1 200 lots échangés.