Confinement

La FNSEA et JA lancent un appel pour sauver la gastronomie française


TNC le 18/11/2020 à 17:17

À l’approche des fêtes, le deuxième confinement met en difficulté un certain nombre de filières agricoles, d’autant plus que la plupart des lieux de restauration hors domicile sont fermés. Dans ce contexte, la FNSEA et Jeunes agriculteurs ont appelé au patriotisme gastronomique et à amplifier la consommation de produits français.

Alors que les fêtes de fin d’année sont proches, le confinement et l’incertitude sur la durée des restrictions pèsent lourdement sur un certain nombre de filières qui réalisent l’essentiel de leur chiffre d’affaires à cette période. Parallèlement, la fermeture de la restauration hors domicile pénalise toujours, comme lors du premier confinement, des produits comme les fromages AOP ou la bière.

Face à cette situation, « nous lançons aujourd’hui un appel, un cri du cœur à nos concitoyens » a déclaré la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, lors d’une conférence de presse commune avec Jeunes agriculteurs, le 18 novembre. « Nous avons vraiment besoin des consommateurs, et d’un soutien plus important que lors du premier confinement », notamment pour les produits festifs qui perdront l’essentiel de leur valeur après les fêtes, a-t-elle ajouté.

Pour Samuel Vandaele, président de JA, « cet appel est plus large, il rejoint la campagne lancée par le ministre de l’agriculture, « plus près de vous et de vos goûts » ».

Il s’agit de mobiliser tous les acheteurs pour «  privilégier la consommation locale sur l’ensemble du territoire », poursuit Samuel Vandaele, rappelant l’enjeu collectif de ce soutien pour favoriser le renouvellement des générations en agriculture et la présence d’agriculteurs nombreux sur le territoire, conditions essentielles pour progresser en matière de souveraineté alimentaire française.  

Les deux syndicats ont ainsi mis en ligne un clip pour inciter à la consommation de produits français et rendre « hommage aux femmes et aux hommes qui se mobilisent chaque jour pour nous nourrir ».

 « Ne ratons pas le rendez-vous de la relocalisation des productions », abonde Christiane Lambert, qui souligne l’importance du plan de relance pour soutenir les projets et «  y croire à nouveau ».