Covid-19 et gestion des marchés

La FNSEA et JA attendent des mesures européennes en urgence


TNC le 03/04/2020 à 17:30

Face à la crise actuelle, qui n’épargne pas les filières agricoles, la FNSEA et Jeunes agriculteurs demandent en urgence l’activation d’outils de gestion des marchés de la part de la Commission européenne.

Si la situation actuelle a des répercussions économiques importantes sur les exploitations agricoles, le fait qu’elle ne soit ni prévisible ni spécifique au monde agricole empêche l’activation de certains mécanismes du règlement OCM.

Pour faire face à la disparition des débouchés (restauration hors foyer notamment) pour un certain nombre de produits agricoles, « nous demandons expressément à la Commission d’engager une action spécifique comme le stockage privé ou la régulation des volumes. D’autres possibilités exceptionnelles existent, notamment pour les produits non couverts par l’OCM, au travers des articles 219 à 222 du règlement qui donnent plein pouvoir à la Commission » expliquent, par conséquent la FNSEA et Jeunes agriculteurs dans un communiqué du 3 avril.

Lire aussi : Des acteurs demandent à l’UE d’aider à stocker les produits excédentaires

Les deux syndicats incitent à réagir le plus vite possible pour éviter les décrochages entre prix agricoles et coûts de production. « Sachons aussi trouver les marges de manœuvre au niveau du droit de la concurrence européenne », ajoutent-ils.

« En situation exceptionnelle, l’Union Européenne accepte de suspendre la règle des 3 % de déficit budgétaire du Pacte de stabilité, nous ne comprendrions donc pas que la Commission ne propose pas des moyens exceptionnels pour des secteurs stratégiques comme le sont l’agriculture et l’agroalimentaire et pour soutenir les agriculteurs qui restent mobilisés pour répondre aux demandes des consommateurs et des citoyens ! », insistent également les deux organisations, qui ajoutent que la situation actuelle demande également la plus grande vigilance, de la part de l’Union européenne, concernant les importations.

Lire également : Coronavirus : risque de crise alimentaire mondiale selon l’ONU et l’OMC