Euronext

Blé et maïs en baisse sur des inquiétudes logistiques liées au coronavirus


AFP le 12/03/2020 à 14:36

Les prix du blé ont repris le chemin de la baisse jeudi à la mi-journée, mais pas avec la même ampleur que celle observée sur les marchés financiers, angoissés par la propagation du nouveau coronavirus.

Peu avant 13h30 (12H30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre perdait 2,75 euros sur l’échéance de mai à 174,50 euros, et 2,25 euros sur l’échéance de septembre à 173,75 euros, pour près de 12 000 lots échangés.

La tonne de maïs, de son côté, perdait 1,50 euro sur le contrat de juin à 164 euros, et 1 euro sur le contrat d’août à 168,25 euros, pour 831 lots échangés.

Agritel note qu’il est « bien difficile de mesurer l’impact sur la demande en produits agricoles ». Dans l’immédiat, en France, une réunion au ministère de l’agriculture a réuni les industriels de l’alimentaire, de la distribution et du transport pour essayer d’anticiper les problèmes de la chaîne logistique alimentaire si la frénésie des achats de précaution se prolongeait dans les semaines à venir en grandes surfaces, où pâtes, riz, conserves et céréales s’envolent devant les perspectives de confinement des populations.

Néanmoins sur le plus long terme, « aux conséquences inévitables de baisse des pouvoirs d’achat, donc de la demande, viennent s’ajouter les conséquences sur les flux logistiques », note Agritel.

Lire aussi : Coronavirus – La tempête sur les marchés agricoles pourrait durer encore deux mois

La décision de Donald Trump de suspendre l’entrée des Européens aux Etats-Unis en raison du coronavirus a notamment pris de court les compagnies aériennes dont les cours se sont effondrés en bourse jeudi.

Le marché s’inquiète notamment de l’impact du coronavirus sur les flux avec l’Italie, grand producteur de pâtes, où récemment des conducteurs de poids-lourds hongrois ont fait valoir leur droit de retrait, selon FranceAgriMer. « La question se pose surtout sur le portuaire, avec la mise en quarantaine de certains bateaux qui pourrait perturber considérablement les échanges », ajoute la même source.

Le ministère de l’agriculture a, dans un communiqué, souligné que les transports professionnels de marchandises à destination de l’Italie restaient possibles, sous réserve d’une auto-déclaration des conducteurs à présenter aux forces de l’ordre en cas de contrôle.

Sur le marché international, la Tunisie a acheté 125 000 tonnes de blé et 75 000 tonnes d’orge. La Jordanie a acheté 120 000 tonnes d’orge fourragère. La Turquie 305 000 tonnes de blé meunier.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.