Gers

Une des premières usines coopératives de chocolat bio équitable en Europe


AFP le 26/08/2021 à 14:29
(©Pixabay)

(©Pixabay)

Une des premières usines coopératives en Europe produisant exclusivement du chocolat bio équitable et s'appuyant sur une filière qui intègre les producteurs des pays du Sud a été inaugurée jeudi à Fleurance (Gers).

« Pour la première fois, une entreprise crée une industrie entièrement dédiée au bio-équitable et totalement à l’initiative et pour les petits producteurs de cacao », résume Christophe Eberhart, l’un des fondateurs d’Ethiquable, l’entreprise propriétaire de cette usine Ainsi, le fonctionnement de cette usine, qui doit créer 30 nouveaux emplois dans le Gers, est étroitement lié à celui, au Pérou, d’une usine de production de masse de cacao qui servira ensuite à élaborer le chocolat à Fleurance.

Présent pour l’inauguration de cette usine, José Rojas, directeur de la coopérative péruvienne Norandino, qui regroupe 7 000 producteurs de cacao, café et sucre, salue le fait qu’une partie de la transformation ait désormais lieu en Amérique latine, alors qu’elle se faisait essentiellement en Europe. Sans la volonté de payer davantage les producteurs, qui caractérise le commerce équitable et qui implique un prix un peu plus cher pour le consommateur, « notre usine ne serait pas viable », souligne M. Rojas.

Ethiquable travaille aussi avec des coopératives dans d’autres pays d’Amérique latine et des Caraïbes, comme le Guatemala ou Haïti, ou d’Afique, comme la Côte d’Ivoire, et souhaiterait qu’à terme des unités comparables à celle du Pérou puissent y voir le jour.

L’usine gersoise a une taille intermédiaire, entre les grosses unités de fabrication de chocolat « au goût standardisée » et vendu, par exemple, à 1,50 euro la tablette, et les petites unités artisanales faisant « un travail de qualité », mais pratiquant des prix plus élevés (5-6 euros), explique M. Eberhart.

Le prix du chocolat Ethiquable est également intermédiaire : 2,30 euros la tablette. Actuellement, près d’un quart des tablettes de chocolat bio vendues par la grande distribution sont des tablettes Ethiquable.

Selon M. Eberhart, cette nouvelle chocolaterie industrielle « à taille humaine » permet, entre autres, d’être sûr d’acheter du bio-équitable et d’en connaître l’origine.

Faisant un parallèle avec le vin, il défend une « approche en terme de terroirs » également pour le chocolat. « Le cacao est un produit complexe, avec autant de molécules aromatiques que le vin et même plus », poursuit-il. Pour lui, « on va même avoir des choses très différentes d’une région du Pérou à l’autre mais la grosse industrie cherche à avoir le goût le plus simple possible ». « Nous, Français, si on nous disait qu’on fait un vin de France en mélangeant tous les vins des régions viticoles, ça nous ferait rire », s’amuse-t-il.