Énergies renouvelables

Des panneaux solaires, oui, mais pas à la place des champs, dit l’APCA


AFP le 01/10/2020 à 11:12

L'implantation de panneaux solaires doit « par principe être interdite » sur les sols agricoles, soutiennent mercredi les chambres d'agriculture, qui redoutent la multiplication des « démarches anarchiques ».

« L’État affiche une ambition très forte de soutien aux énergies renouvelables » qui « donne lieu à des démarches anarchiques de porteurs et des développeurs de projets, sans associer suffisamment la profession agricole », déplorent les chambres d’agriculture dans un communiqué.

Elles « considèrent que l’implantation de panneaux solaires sur des sols agricoles, naturels ou forestiers doit par principe être interdite, en évitant l’implantation de centrales solaires lorsque les surfaces concernées ont conservé une vocation agricole et sont susceptibles d’être rétrocédées pour un usage agricole ».

Selon les chambres, de telles implantations ne peuvent s’envisager « qu’à titre exceptionnel dans des conditions à établir en Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF) en se fondant sur des critères objectifs ».

Elles précisent en revanche qu’elles « porteront une attention particulière aux retours d’expériences sur les projets d’agrivoltaïsme », pratique consistant à installer des panneaux solaires mobiles au-dessus des plantations. En juillet, un rapport parlementaire suggérait de soutenir ces projets qui évitent d’utiliser du foncier supplémentaire.

Selon ce rapport, le secteur agricole, avec au moins 50 000 exploitations concernées, assure déjà 20 % de la production d’énergies renouvelables (soit 3,5 % de la production nationale d’énergie), dont 96 % de la production nationale de biocarburants, 26 % du biogaz, et via son foncier 83 % de l’éolien et 13 % du solaire photovoltaïque.

Lire aussi : Autoconsommer l’énergie photovoltaïque – Est-ce rentable pour un élevage laitier ?