Eolien

Après la pollution, vigilance maintenue en baie de Saint-Brieuc


AFP le 18/06/2021 à 09:23

La « vigilance est maintenue » en baie de Saint-Brieuc après la fuite d'huile hydraulique d'un navire en charge des travaux de forage d'un parc éolien, suivie d'une irisation non élucidée, a annoncé jeudi soir la préfecture maritime de l'Atlantique.

Après la fuite, lundi, de 170 litres d’huile hydraulique, une zone irisée, de 3 km de long sur 50 m de large, avait été détectée mercredi, à 8 kilomètres du fond de la baie de Saint-Brieuc.

Confirmée mercredi soir par le bâtiment de la Marine nationale Thetis, le navire, resté sur zone pendant la nuit, « n’observait plus de trace et en début d’après-midi (jeudi, ndlr) l’équipage de l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale confirmait ce constat lors d’un survol de la baie à la recherche d’éventuelles traces d’irisation », indique le communiqué de la préfecture maritime. « Aucun élément ne permet à ce stade d’attester formellement que les deux pollutions sont liées », selon la préfecture maritime.

La préfecture maritime avait annoncé mardi soir la dispersion totale des 170 litres d’huile hydraulique provenant du navire de forage. Une enquête a néanmoins été ouverte par le parquet de Brest.

Le promoteur du parc éolien, Ailes Marines, filiale du groupe espagnol Iberdrola, a fait savoir mercredi que le navire de forage à l’origine de cette pollution devait regagner son port d’attache aux Pays-Bas pour vérifications, et que le chantier se poursuivait.

Vivement contesté par les pêcheurs qui y voient une menace pour leur activité, le parc éolien de la baie de Saint-Brieuc doit être érigé à 16,3 kilomètres de la côte. D’une capacité totale de 496 MW, avec 62 éoliennes, il est censé produire 1 820 GWh par an, l’équivalent, selon Ailes Marines, de la consommation électrique annuelle de 835 000 habitants. Sa mise en service est prévue fin 2023.