Mieux prévenir les résistances

« Une information encore plus transparente » sur les étiquettes des phytos


TNC le 26/10/2021 à 10:00
(©UIPP)

(©UIPP)

Face aux risques de résistances aux herbicides, fongicides et insecticides, l'UIPP et ses adhérents ont annoncé mi-octobre leur volonté de clarifier encore les étiquetages des produits phytosanitaires.

« Les fongicides, les insecticides et les herbicides, c’est comme les antibiotiques, si on utilise toujours les mêmes modes d’action à l’échelle de la rotation, champignons, insectes ou mauvaises herbes cibles arriveront tôt ou tard à les contourner. La gestion durable des produits phytopharmaceutiques, capitale, se fonde alors sur deux principes : ne traiter que si nécessaire en complément des autres moyens de lutte et pratiquer l’alternance des modes d’action, à l’échelle de la rotation », rappelle l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP). 

Pour accompagner les agriculteurs dans ce sens, « les entreprises adhérentes à l’UIPP ont entrepris, depuis 2017, un travail d’homogénéisation et de clarification de l’étiquetage des produits phytopharmaceutiques pour les utilisateurs ».

« Cet engagement volontaire se renforce aujourd’hui avec la 3e version du guide. Celle-ci prend, bien sûr, en compte les dernières évolutions réglementaires et va encore plus loin en ajoutant l’inscription systématique des codes internationaux des modes d’action pour favoriser la lutte contre le développement des résistances ». A été actée la mention systématique des codes internationaux RAC (resistance action committe) sur l’étiquette des produits phytos : « les codes HRAC s’appliquent aux herbicides, IRAC aux insecticides, FRAC aux fongicides ».

Vous pourrez ainsi retrouver cette information : 

  • « Dans la partie visible ou dans le livret de l’étiquette (partie Descriptif produit > Mode d’action) » ;
  • « Sous forme textuelle, par exemple « appartient à la famille des triazoles (FRAC 3) » ou sous forme de cartouche standardisée : 

« Cet engagement répond à un double objectif : accompagner toujours mieux les agriculteurs et les conseillers techniques dans la bonne utilisation des produits, mais aussi pérenniser l’efficacité des matières actives autorisées, dont le nombre se réduit régulièrement avec les durcissements de la réglementation européenne et nationale », explique Julien Durand-Réville, responsable santé et prévention à l’UIPP.

Concernant les codes HRAC, « qui sont passés des lettres aux chiffres en 2020, ils pourront figurer sous les deux formats jusqu’en 2023 ».