Pêche durable

Les restaurateurs français veulent l’interdiction totale de la pêche électrique


Pêche et aquaculture le 15/01/2018 à 17:25

La principale organisation de restaurateurs, l'Umih, et Mr Goodfish, programme européen pour sensibiliser consommateurs et professionnels à la consommation durable des produits de la mer, ont demandé lundi « l'interdiction totale » de la pêche électrique.

Un vote sur la pêche électrique dans l’UE est prévu mardi au Parlement Européen à Strasbourg. La réglementation, qui doit être amendée, permet à chaque État membre de l’UE d’équiper en électrodes jusqu’à 5 % de sa flotte de chalutiers à perche. Les opposants craignent que les changements dans la législation permettent un élargissement de cette pratique qui consiste à envoyer des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons benthiques, c’est-à-dire vivant au fond des mers.

« Les professionnels de la restauration sont totalement opposés à cette technique de pêche antiresponsable qui détruit les fonds marins, leur écosystème et abîme considérablement les poissons pêchés », écrivent l’Umih et Mr Goodfish dans un communiqué commun.

Jeudi, plus de 200 chefs cuisiniers, parmi lesquels de nombreuses grandes toques, ont signé un manifeste contre la pêche électrique en Europe, s’engageant « à n’acheter aucun produit de la mer issu de cette méthode de pêche ». « A l’instar des chefs la semaine dernière, l’Umih demandera à ses professionnels restaurateurs adhérents de boycotter les poissons issus de cette technique », poursuit le communiqué.

Pour Hubert Jan, président de la branche restauration de l’Umih et Karim Khan, président de la commission développement durable de l’Umih, cités dans le communiqué, « la dérogation accordée par l’Union Européenne en 2007 est déjà difficilement compréhensible ». « L’élargir serait contraire à la raison et condamnerait les océans à la chaise électrique. Le respect des océans et de nos espaces naturels est attendu par nos clients et par les professionnels qui ont à cœur de promouvoir une alimentation responsable. Nous demandons d’interdire purement et simplement cette technique », ajoutent-ils.

« Pour agir dans l’intérêt de l’équilibre des écosystèmes, une révision des études concernant les impacts des chaluts électriques sur les substrats ainsi que sur les espèces ciblées et non ciblées est incontournable », déclare lui Philippe Vallette, directeur général de Nausicaá, Centre National de la mer à Boulogne-sur-mer, qui a lancé le programme Mr Goodfish en 2010.

Début octobre, l’ONG Bloom a déposé plainte contre les Pays-Bas auprès de la Commission Européenne, les accusant d’avoir illégalement autorisé des navires à pratiquer la pêche électrique.