Filière foie gras

Le foie gras français rebondit en 2018 après deux ans de crise


AFP le 29/03/2019 à 12:50

Après deux années de crise dues à des épidémies de grippe aviaire, les ventes et la production de foie gras français ont rebondi en 2018 malgré la crise des « gilets jaunes » pendant les fêtes, sans pour autant retrouver les chiffres record de 2015.

Avec 18 986 tonnes de foie gras mis sur le marché, la production française est largement supérieure aux 13 514 tonnes produites en 2017, selon le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog). Ses ventes en grande distribution sont elles aussi reparties à la hausse, tant en volume (+ 2,8 %) qu’en valeur (+ 3,4 %), par rapport à 2017. « Les résultats sont bons, voire très bons. On a réussi à amorcer notre retour sur le marché français ! », s’est réjoui Michel Fruchet, le président du Cifog lors d’un point presse, jeudi.

Sur la saison des fêtes de fin d’année, un moment-clé pour la consommation de foie gras, les ventes progressent de 7,6 % en volume dans la grande distribution et ce malgré un climat peu propice aux achats en raison des manifestations des « gilets jaunes ». « La fin d’année a été un peu compliquée. La saison s’est passée en quatre jours, le 23, 24, 30 et 31 décembre », regrette le patron du Cifog.

« Nous retrouvons le chemin de la croissance mais nous n’atteignons pas le niveau d’avant crise. Le vide de deux années a été préjudiciable », concède Marie-Pierre Pé, la directrice générale du Cifog.

En 2015, plus de 20 000 tonnes avaient été produites en France, dont 4 044 vendues pendant la période des fêtes, soit 600 de plus qu’en 2018. Le virus H5N1 en 2015-2016 et le H5N8 lors de l’hiver 2016-2017 ont décimé des millions de canards, abattus pour freiner la propagation du virus dans plusieurs départements du sud-ouest. La filière a depuis mis en place une batterie de mesures de sécurité sanitaire pour éviter de nouvelles épidémies. Les exportations qui avaient également été touchées, remontent aussi (2 032 tonnes contre 1 817 tonnes en 2017) grâce notamment aux autorisations de certains pays comme le Japon qui avait banni le produit pendant l’épidémie de grippe aviaire.

La balance commerciale reste excédentaire pour 2018, à 18,4 millions d’euros mais se contracte légèrement par rapport aux 22,9 millions d’euros de 2017. Les importations de foie gras, principalement de Hongrie ou de Bulgarie, ont en effet bondi de 12 % en valeur alors que les exportations n’ont progressé que de 6 %.