Affouragement estival

« Nous pratiquons le pâturage de stock sur pied »


TNC le 09/01/2023 à 08:15
fiches_Organisation_du_paturage

Le fil arrière permet d'éviter que les vaches ne viennent manger les repousses. (©Civam)

Dans une vidéo proposée par le réseau Civam, Yoann Moreau et Vincent Remaud nous expliquent comment ils affrontent la sécheresse estivale grâce au pâturage de stock sur pied.

Installé sur l’exploitation familiale en 2011, Yoann Moreau s’est associé avec Vincent Remaud en 2021, et a entrepris la conversion vers l’agriculture biologique en 2019. Avec une grande partie d’herbe dans sa SAU (environ 30 ha de cultures de vente pour 160 ha), l’éleveur mise sur le pâturage pour alimenter ses 90 vaches allaitantes de race charolaise en vêlage d’automne.

Pour faire face à des étés de plus en plus précoces et de plus en plus longs, Yoann Moreau a fait le choix du pâturage de stock sur pied, c’est à dire de retarder l’exploitation de l’herbe poussée au printemps, avant la sécheresse, pour bénéficier de ressources durant le creux de production estivale. Cette stratégie permet aux éleveurs de ne pas avoir à effectuer trop de récoltes au printemps, et limite le temps nécessaire à l’affouragement l’été.

Faire pâturer l’herbe de printemps et été 

« Plutôt que de débrayer des parcelles, nous choisissons de laisser l’herbe au champ et de la conserver pour la faire pâturer plus tardivement pour les animaux », explique Vincent Remaud. « La prairie se constitue alors d’herbe mâture, épiée et fibreuse, mais aussi d’ herbe plus tendre. L’herbe mâture est une ration équilibrée qui correspond aux besoins de nos vaches charolaises en gestation », complète son associé.

Si les deux éleveurs effectuent tout de même des stocks pour l’affouragement hivernal, leur objectif est d’y toucher le moins possible pour tirer profit du pâturage. « Sur la ferme, en moyenne, nous donnons 1,2 t de fourrage stocké par UGB et par an. » C’est également une manière de limiter les charges de mécanisation, et l’utilisation de carburant. 

« Pour nous, la prairie idéale pour le pâturage de stock sur pied se compose principalement de fétuque et de dactyle. Pour que l’herbe soit plus digestible, le trèfle violet serait idéal », explique l’éleveur qui dispose principalement de prairies à base de dactyle, fétuque, ray-grass anglais, et de parcelles en ray-grass hybride et trèfle violet. 

Les parcelles concernées par le stock sur pied sont pâturées avant le 15 avril, avant que tout ne soit épié. L’herbe sera ensuite utilisée durant la période estivale. Les deux éleveurs parviennent ainsi à nourrir leurs animaux jusqu’à fin août début septembre.

Organiser le pâturage

Les éleveurs ont un chargement instantané au pâturage assez fort, avec un temps de retour sur la parcelle compris entre 45 et 120 jours. Le pâturage de stock sur pied offre aux bovins une herbe assez dense. Sur les parcelles, des piquets sont installés tous les 10 m. Le fil est avancé matin et soir. Les éleveurs font pâturer avec fil avant et fil arrière, soit avec les trois fils, une bobine à chaque extrémité, soit avec des araignées.«