Produits laitiers

« La filière laitière souffre d’un déficit de transparence sur les prix »


TNC le 30/06/2020 à 11:13
Le marché des produits laitiers n'est pas aussi transparent que celui des céréales sur les prix. (©TNC)

Le marché des produits laitiers n'est pas aussi transparent que celui des céréales sur les prix. (©TNC)

Si certaines filières sont particulièrement transparentes sur les prix, à l’instar des céréales, c’est loin d’être le cas pour les produits laitiers, déplore Marion Cassagnou, experte du marché du lait chez Agritel. Mais bien que les changements se fassent lentement, la spécialiste constate tout de même des signaux encourageants pour l’avenir.

Ce qui contribue à la transparence sur la formation des prix ? Le marché à terme. Son but ? Offrir une meilleure visibilité sur les prix et la possibilité de se couvrir en fixant son prix plusieurs mois à l’avance, pour se protéger de la volatilité.

Mais cette transparence fait défaut dans la filière laitière, explique Marion Cassagnou, experte du marché du lait chez Agritel. Même si des références de prix sont disponibles, notamment sur FranceAgriMer, « la réalité des échanges n’est pas visible. « Les éleveurs ont connaissance du prix payé pour leur lait seulement a posteriori », tandis qu’« un marché à terme affiche clairement, lui, un prix et une quantité à un instant donné. »

À lire : Pour faire face à la volatilité des prix, Euronext lance trois contrats à terme

Comme pour les céréales, il existe des marchés à terme pour les produits laitiers – CME pour les États-Unis, NZX pour la Nouvelle-Zélande – des plateformes qui fonctionnent bien. En Europe, on en compte même deux : Euronext (le marché de référence européen pour les céréales et oléagineux, situé à Paris) et EEX (la bourse européenne de l’énergie et des produits laitiers, basée à Leipzig en Allemagne). Mais contrairement à leurs homologues, le bilan est bien plus mitigé.

Pour le premier, c’est un échec cuisant. « Un premier contrat à terme sur la poudre de lait écrémé a été lancé sur Euronext en 2010 et n’a pas fonctionné. Une deuxième vague de contrats a été lancée plus tard, au moment de la fin des quotas, mais ne fonctionne pas non plus aujourd’hui ». On trouve des contrats sur la poudre de lait écrémé, le beurre et la poudre de lactosérum. « Techniquement c’est ouvert, mais personne ne va dessus. Quand je ne dis personne, c’est vraiment personne ».

« Cash settlement » VS livraison

En revanche, les choses fonctionnent mieux sur EEX, qui s’est imposé comme la référence en Europe. Pourquoi ? À cause de ce qui se passe à l’échéance, selon la spécialiste. « Pour Euronext, c’est une procédure de livraison : à la fin du contrat, s’il reste des positions ouvertes, il faut assurer la livraison, comme pour les céréales. En revanche pour EEX, il n’y a aucune livraison physique possible. À la fin, c’est une procédure de cash settlement. » La toute dernière cotation, sur laquelle vont être calculés les appels de marges, est une moyenne des prix entre les différentes cotations du produit en question : 1/3 de prix néerlandais, 1/3 de prix allemand et 1/3 de prix français. « On peut considérer que le prix d’un contrat qui arrive à échéance correspond au prix spot. »

À lire aussi : Gestion des risques : « De l’intérêt de développer les marchés à terme pour la filière laitière »

« L’intérêt, c’est que comme ce sont des cotations qui existent sur un marché qui est physique, un marché sur lequel il y a des vrais échanges. La filière trouve que c’est beaucoup plus simple et sûr que de devoir imaginer une procédure de livraison alors que des gens n’ont absolument pas envie d’être livré par quelqu’un d’autre que leur fournisseur habituel. »

Une petite variante existe également sur les tonnages entre les contrats des deux plateformes : pour EEX, les contrats sont de 5 t, tandis qu’ils sont de 6 t pour Euronext. Mais pour Marion Cassagnou, ce n’est pas suffisamment significatif pour que ça constitue une vraie différence. « Les gens paient pour chaque ordre. Donc si on faisait des contrat à la tonne par exemple, est-ce que ça ne freinerait pas les industriels à ce moment-là ? »

Des volumes particulièrement faibles comparé aux céréales

Pour autant, est ce qu’on peut considérer que ça fonctionne sur EEX aujourd’hui ? « Dans les faits oui, mais comparé au marché des céréales, ça ne souffre pas de la concurrence. » Effectivement, en termes de volumes, le gouffre entre le marché des grains et celui des produits laitiers saute aux yeux. « De temps en temps (une à deux fois par semaine), 35-50 lots sont échangés en beurre sur le marché à terme européen. Par rapport aux milliers de lots de blé échangées tous les jours, c’est sans aucune mesure. »

Alors que des centaines de lots sont régulièrement échangées en blé, les volumes sont beaucoup plus faibles pour les produits laitiers. (©Agritel)

Mais petit à petit, le marché à terme prend de l’ampleur. « Ça commence à fonctionner, et les gens commencent à le regarder de plus en plus. En même temps, j’ai l’impression que ça fait cinq ans que je dis que c’est en train de changer, plaisante la spécialiste. Il faut vraiment voir ça à une vitesse très lente. Mais même avec cinq lots, la cotation qui est affichée peut commencer à servir de référence, ou au moins d’indication sur ce qu’il se passe.

Faut-il y voir par ailleurs la fin des contrats sur les produits laitiers sur Euronext ?  « Je ne suis pas sûre qu’il y ait la place pour deux plateformes en Europe, vu les volumes échangés. C’est fort probable que s’il y en a une qui fonctionne, ça sera au détriment de l’autre. »

Et les agriculteurs dans tout ça ?

« Il y a bien un contrat sur le lait liquide sur EEX qui est apparu, qui est plus orienté pour les agriculteurs. » Techniquement, rien n’empêche les agriculteurs de vendre sur le marché à terme, si ce n’est les volumes qui ne leurs sont pas adaptés. Que ce soit 5 t de poudre ou 5 t de beurre, « ça fait des volumes de lait équivalent qui sont très grands pour un seul éleveur ». 5 t de beurre ou 10 t de poudre maigre représentent 100 000 litres de lait. « Mais si les éleveurs se regroupaient en organisation de production, ils pourraient tout à fait y avoir accès. » Ou plus simplement, leur laiterie pourrait leur donner cet accès.

« Quand on voit les problèmes que peuvent rencontrer les agriculteurs par moment, être capable de se couvrir à l’avance et de fixer au moins une partie de son prix, c’est vraiment important. Surtout que les prix de l’aliment peuvent aussi être couverts. »

« Par rapport aux prix qu’il y avait encore en début d’année, avant le Covid-19, j’ai vu des prix qui étaient très corrects, et se couvrir dessus aurait permis à des éleveurs de s’assurer un revenu ».

Fixer le risque de prix et ne plus être dépendant de la volatilité, qui est inhérente aux matières premières agricoles, serait bénéfique pour tous les maillons de la chaîne, affirme l’experte. Si « la filière laitière souffre d’un gros déficit de transparence sur les prix, que ce soit sur leur création ou sur leur évolution », les solutions semblent à portée de main.