sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Zones de non traitement

précédent

15/50

articles

suivant

Produits phytos

Le maire de Langouët fait appel de l'annulation de son arrêté anti-pesticides


AFP le 07/01/2020 à 18:50

Le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine) Daniel Cueff a annoncé mardi avoir fait appel de la décision du tribunal administratif de Rennes d'annuler son arrêté anti-pesticides.

« On a fait appel le 24 décembre » après la consultation organisée par le gouvernement à laquelle ont participé « presque 54 000 personnes », a déclaré Daniel Cueff à l’AFP, confirmant une information de France Info.

« Manifestement, cette consultation demandait au gouvernement de créer des distances d’éloignement face aux pesticides de synthèse et, naïvement, on pensait que le gouvernement en tiendrait compte », souligne Daniel Cueff. Mais, « manifestement (le gouvernement) reste sur ce qu’il avait annoncé avec une distance des habitations de 5, 10, 20 m pour les substances les plus dangereuses », souligne le maire. Pour le maire de Langouët, « ces cinq mètres ne protègent en rien les populations ».

Daniel Cueff avait pris le 18 mai un arrêté interdisant l’utilisation de produits phytopharmaceutiques « à une distance inférieure à 150 m de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel ».

Cet arrêté, annulé le 25 octobre 2019 par la justice, a lancé un vaste débat sur l’usage des pesticides. Plusieurs dizaines de communes ont pris par la suite des arrêtés similaires, dont Paris et Lille.

L’emblématique maire, qui a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat lors des municipales de mars, entend désormais porter son combat devant le Conseil d’État et la Commission européenne avec « un collectif des maires ayant pris un arrêté anti-pesticides ». Ce collectif a désigné comme avocate, l’ex-ministre de l’environnement Corinne Lepage « pour défendre les intérêts des communes ». Le collectif dont les statuts ont été déposés le 19 décembre au Sénat, « mise sur l’adhésion de la totalité des maires ayant pris des arrêtés anti-pesticides, soit une centaine de communes », selon Daniel Cueff.

Les articles du dossier