sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Plan de relance

précédent

2/14

articles

suivant

Plan de relance

L’aide aux agroéquipements pour la culture de protéines végétales est ouverte


TNC le 11/01/2021 à 17:44
Le dispositif d'aide aux équipements pour la culture de protéines végétales a ouvert le 11 janvier. (©TNC)

Le dispositif d'aide aux équipements pour la culture de protéines végétales a ouvert le 11 janvier. (©TNC)

Dans le cadre du plan de relance, vous pouvez dès à présent demander, sur le site de FranceAgriMer, une aide à l’investissement pour les équipements permettant la culture, la récolte et le séchage d’espèces riches en protéines végétales et le développement de sursemis de légumineuses fourragères.

Un volet du plan de relance agricole, en cours de déploiement, est destiné à favoriser la culture de protéines. Dans ce cadre, le dispositif d’aide aux équipements spécifiques permettant la culture, la récolte et le séchage d’espèces riches en protéines végétales et le développement de sursemis de légumineuses fourragères est ouvert depuis le 11 janvier, et jusqu’au 31 décembre 2022.

Les agriculteurs intéressés peuvent déposer leur dossier de demande d’aide sur le site de FranceAgriMer. Sont éligibles les équipements pour la culture, la récolte des espèces riches en protéines, le séchage des légumineuses fourragères ainsi que le stockage sur l’exploitation, et les semences permettant l’enrichissement des prairies en légumineuses fourragères.

Le montant minimal des dépenses présentées dans la demande d’aide est fixé à 1 000 € HT et le plafond de dépenses éligibles est fixé par demande à 40 000 € HT (pour les matériels) et 5 000 € HT pour l’enrichissement des prairies en légumineuses. Le plafond des dépenses éligibles est de 150 000 € HT pour les Cuma.

L’aide peut prendre en compte jusqu’à 40 % du coût HT des investissements éligibles, pour les équipements, avec une majoration de 10 points pour les entreprises où les nouveaux installés ou jeunes agriculteurs détiennent au moins 20 % du capital social. Pour les demandes portées par les coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA), le taux est de base est majoré de 10 points, précise également FranceAgriMer.

Les articles du dossier