Prévisions du CIC

Vers un resserrement des stocks céréaliers mondiaux


TNC le 13/01/2023 à 16:10
fiches_silo-ged1f6fd50_1920-1

Les stocks mondiaux de blé sont attendus en hausse de 7 Mt pour le blé à la fin de la campagne 2022/23, et en baisse de 27 Mt pour le maïs. (©Pixabay)

Le Conseil international des céréales estime à la baisse la production et la consommation de céréales par rapport à la campagne 2021/22, avec un repli plus prononcé de l’offre qui devrait tendre les stocks finaux à l'échelle mondiale. Les stocks se redressent en revanche pour le soja, mais restent faibles chez les principaux exportateurs.

Dans son rapport du 12 décembre, le Conseil international des céréales (CIC) remonte à 2 256 Mt son estimation de la production céréalière mondiale pour la campagne 2022/23.

C’est 33 Mt de moins que le pic de 2021/23, et cela s’explique par les chutes de production de maïs aux États-Unis, en Ukraine et dans l’Union européenne, et malgré de bons résultats pour le safrinha brésilien. La collecte mondiale du grain jaune chuterait de 58 Mt par rapport à la précédente campagne.

La production de blé a en revanche atteint un nouveau record en 2022/23, désormais estimée à 796 Mt (contre 791 Mt évalués en novembre) : une hausse de presque 2 % par rapport à 2021/22.

Le CIC a d’autre part remonté de 3 Mt son estimation de la consommation mondiale de céréales par rapport au mois dernier, à 2 275 Mt. C’est un « recul inhabituel » par rapport aux 2 296 Mt de 2021/22, mais « une baisse comparativement plus prononcée de l’offre entraînera un nouveau resserrement des stocks mondiaux ».

Les stocks céréaliers de fin de campagne devraient chuter de 19 Mt à l’échelle mondiale, mais seulement de 1 Mt chez les principaux exportateurs (©CIC)

Les stocks céréaliers de fin de campagne sont, de fait, abaissés à 577 Mt : un repli de 19 Mt par rapport à 2021/22, entraîné par le maïs (- 27 Mt). Cela porte le ratio stocks/utilisation à 25,3 % : son niveau le plus serré depuis 2012/13. Chez les principaux exportateurs, les stocks finaux sont attendus quasi identiques à l’an dernier, à 135 Mt.

Les échanges mondiaux de céréales sont quant à eux estimés à 407 Mt, un recul de 17 Mt par rapport à la dernière campagne et lié à « des expéditions moindres en maïs, blé, orge et sorgho ».

En soja, une production record et des stocks tendus chez les exportateurs majeurs

Côté soja, le CIC rabote légèrement (3 Mt) ses prévisions de production de soja par rapport au mois dernier, mais elles demeurent record, à 385 Mt, malgré des conditions de culture inquiétantes dans certaines zones de production en Amérique du sud. C’est presque 30 Mt de plus qu’en 2021/22. Ce nouveau sommet est surtout lié à une récolte brésilienne importante.

La consommation mondiale de soja a elle aussi été un peu rabaissée mais reste inédite, à 376 Mt. Les stocks finaux se redressent de 9 Mt par rapport à 2021/22, « même si les réserves des principaux exportateurs restent historiquement faibles ».  

Et les échanges devraient augmenter de 8 % en glissement annuel « en raison d’un intérêt plus fort des acheteurs pour les disponibilités attendues à des prix compétitifs dans l’hémisphère sud ».