Pommes de terre

Les volumes au rendez-vous, mais « une hausse significative des coûts »


TNC le 25/08/2021 à 10:40
Parmi les éléments marquants de cette campagne de production : « une pression maladie (mildiou notamment) jamais observée », précise l'UNPT. (©Pixabay)

Parmi les éléments marquants de cette campagne de production : « une pression maladie (mildiou notamment) jamais observée », précise l'UNPT. (©Pixabay)

La production de pommes de terre 2021 est « au rendez-vous » selon l'Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT). Avec la forte pression maladies de l'année, le coût de protection des parcelles a, par contre, explosé : l'union alerte alors sur la « nécessité d'une répercussion sur l'ensemble des maillons de la filière ».

« Alors que la campagne des pommes de terre primeurs s’est terminée à la mi-août, les premiers éléments disponibles, grâce aux prélèvements effectués sur 240 parcelles dans les principales régions de production, font état, à date, d’un contexte de rendement similaire à la moyenne quinquennale (2016-2020), indique l’UNPT. Elle estime « la production finale entre 6,4 et 6,9 millions de tonnes pour les pommes de terre de conservation », ce qui devrait « permettre d’alimenter les différents marchés, français comme internationaux. Les surfaces 2021 sont, quant à elles, baissières : – 3,0 % en France et – 4,7 % pour les 4 pays du NEPG* ».

En ce qui concerne la filière féculière, « les prélèvements en parcelles effectués par l’UNPT-GIPT** montrent une croissance en léger retard, mais des potentiels satisfaisants de production. »

« Une pression maladie jamais observée »

Parmi les éléments marquants de cette nouvelle campagne de production : « une pression maladie ( mildiou notamment) jamais observée ». « Heureusement, la plupart des producteurs vont pouvoir sauver leurs productions grâce à la mise en œuvre de combinaisons de molécules de synthèse. »

La situation est plus délicate pour « les producteurs engagés dans des cahiers des charges très restrictifs ou en agriculture biologique, qui sont fortement impactés par la chute de production et parfois sa perte totale ». L’UNPT alerte alors : « ces producteurs ne peuvent assumer seuls ces pertes et surcoûts ! Les hausses des différents coûts doivent être impérativement répercutés dans l’ensemble de la chaîne alimentaire ».

« Nous avons besoin d’une filière forte qui doit disposer d’innovations dans le domaine de la protection des plantes et de la génétique afin de sécuriser les rendements. […] À horizon de 5 ans, si nous ne bougeons pas les lignes, les producteurs de pommes de terre seront dépourvus d’outils de gestion des risques agro-climatiques, ce sera une réelle menace pour leurs revenus et activités, ainsi que pour notre souveraineté alimentaire ».

* North-Western European Potato Growers (Allemagne, Belgique, France, Hollande).

** Groupement interprofessionnel pour la valorisation de la pomme de terre.