Assolements 2019/2020

Les surfaces de blé tendre et de colza à la baisse


TNC le 12/02/2020 à 17:18
Les semis de céréales d'hiver ont été impactés par les conditions climatiques cette campagne. (©TNC)

Les semis de céréales d'hiver ont été impactés par les conditions climatiques cette campagne. (©TNC)

Selon les dernières estimations d'Agreste au 1er février, les surfaces de céréales d'hiver accusent une baisse de 4,1 %, atteignant 6,6 millions d'hectares : la sole de blé tendre diminue de 5,6 %, tandis que celle de blé dur stagne. Du côté du colza, les semis sont en retrait de 2,1 %.

Agreste, service statistique du ministère de l’agriculture, vient d’actualiser ses estimations de surfaces des céréales d’hiver et de colza d’hiver au 1er février 2020. « La sole de blé tendre d’hiver recule par rapport à 2019 (- 5,6 %), atteignant 4,7 millions d’hectares. La baisse atteint 6,2 % par rapport à la moyenne 2015-2019 », note Agreste. Parmi les régions les plus touchées : la Bretagne et le Centre, qui voient les surfaces reculer respectivement de 20,2 % et 17,7 %. Pour le blé dur d’hiver, les surfaces sont stables à 239 milliers d’hectares : « + 0,1 % sur un an, – 27,1 % par rapport à la moyenne quinquennale 2015-2019 ». « Les estimations sont toutefois fragiles à ce stade de la campagne, les semis réalisés dans des conditions particulièrement humides pouvant conduire à des substitutions au printemps », précise le service statistique du ministère de l’agriculture.

Selon les estimations, la sole d’orges d’hiver est stable aussi (+ 0,1 % par rapport à 2019), mais recule de 4,9 % comparé à 2015-2019. Les surfaces d’avoine, de seigle et de triticale évoluent respectivement de : – 2,8 %, + 3,8 % et – 0,9 % en un an.

La sole de colza poursuit sa chute

Agreste enregistre une baisse des surfaces de colza d’hiver de 2,1 % sur un an et de 24,6 % par rapport à la moyenne 2015-2019 pour s’établir à 1 081 milliers d’hectares. « Principale région productrice, le Centre voit ses surfaces diminuer de 5,6 % sur un an, mais le recul par rapport à 2015-2019 atteint 37,9 % ». À l’inverse, d’autres régions voient leur sole augmenter. C’est le cas de Midi-Pyrénées, qui « affiche une progression de 30,5 % par rapport à l’année 2019. Cela ne compense toutefois que les pertes de surfaces des dernières années, puisque la hausse se limite à 1 % sur la moyenne quinquennale 2015-2019 ».

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.