Bilan qualitatif du blé tendre 2021

Le niveau moyen de PS envoie une majorité de la collecte en classe Médium


TNC le 16/09/2021 à 09:24
La bonne qualité de la récolte de blé tendre 2021 a été néanmoins pénalisée par des niveaux de poids spécifiques décevants. (©Pixabay)

La bonne qualité de la récolte de blé tendre 2021 a été néanmoins pénalisée par des niveaux de poids spécifiques décevants. (©Pixabay)

À l’arrivée dans les silos stockeurs, le blé tendre français enregistre des résultats qualitatifs provisoires assez hétérogènes : c’est surtout le poids spécifique – à 74,9 kg/hl en moyenne, qui, pour l’heure, dirige 64 % de la collecte en classe Médium, et seulement 11 % en Premium et 16 % en Supérieur. Mais « le travail du grain et l’allotement » pourront faire progresser ces chiffres pour satisfaire tous les marchés.

« L’été, et donc la moisson 2021, ont été compliqué à gérer, mais j’ai connu des moissons bien pires », a témoigné Benoît Piètrement, président du conseil spécialisé Grandes cultures de FranceAgriMer, à l’issue du conseil mensuel de la mi-septembre. Tous les observateurs ont déjà souligné les incidences de la météo estivale particulièrement capricieuse sur les rendements et donc les volumes. C’est désormais au verdict qualitatif – encore provisoire – de tomber.

Sur la base de 566 échantillons réalisés à l’arrivée des silos stockeurs, FranceAgriMer a dressé un premier panorama, et un premier comparatif, de la qualité des blés tendres français.

En matière de protéine, la collecte 2021 s’annonce bonne, avec 11,9 % en moyenne. « À l’exception de la Bretagne, les taux sont satisfaisants voire bons partout ailleurs », détaille Marc Zribi, chef de l’unité grains et sucre de FranceAgriMer. « 79 % de la collecte enregistre un taux de protéines au-dessus de 11,5 %.

79 % de la collecte enregistre un taux de protéine au-dessus de 11,5 %.

Les poids spécifiques sont nettement inférieurs à la moyenne quinquennale. La moyenne 2021 s’établirait autour de 74,9 kg/hl. 76 % de la collecte quinquennale 2016-2020 enregistrait un PS au moins égal à 76 kg/hl. En 2021, c’est seulement 32 % des blés qui dépassent cette référence.

À l’inverse, la teneur en eau – 14 % en moyenne – reste supérieure à la moyenne quinquennale.

Ceci dit, les blés 2021 restent d’excellente qualité pour l’alimentation humaine en général et la panification en particulier. « La force boulangère – de 177 en moyenne – reste inférieure à la moyenne, mais l’indice d’élasticité, qui témoigne de la bonne teneur en protéines, est à un niveau élevé cette année. » La note totale de panification est aussi excellente : 98 % des grains ont une note supérieure à 250 (sur 300, NDLR), avec une moyenne à 263, offrant des « pains à l’aspect remarquable ».

Ces chiffres restent cependant provisoires. Dans les Hauts-de-France, où la moisson s’est achevée tardivement, il reste un tiers des échantillons à analyser. Il s’agit aussi d’analyses réalisées à l’arrivée des silos, « sans tenir compte du travail du grain et des opérations d’allotement », rappelle Marc Zribi.