Au salon Wine Paris & Vinexpo

Le monde du vin se prépare à fêter ses retrouvailles


AFP le 17/11/2021 à 08:10

Le monde du vin a rendez-vous du 14 au 16 février dans la capitale française pour le salon professionnel Wine Paris & Vinexpo. L'optimisme est de mise, en dépit de la reprise de la pandémie de Covid-19 dans le monde, et la filière a soif de se retrouver.

« Je ne suis pas inquiet. Le pli est pris, avec le passe sanitaire et la troisième dose » de vaccin qui arrive, a déclaré Rodolphe Lameyse, directeur général de Vinexposium, organisateur du salon qui avait été contraint de reporter puis d’annuler l’édition 2021.

« Le vin, contrairement à d’autres marchandises, reste un produit de bouche, de sens. Entre producteurs et acheteurs, vous êtes obligés de vous voir à un moment donné. Tout ne peut pas passer par le digital. Le besoin de se retrouver est plus fort que jamais », a-t-il dit mardi à l’AFP, en marge d’une présentation du salon.

L’édition 2022 réunira 2 800 exposants, représentant l’ensemble des régions viticoles françaises mais aussi certains vignobles étrangers. Trente pays producteurs de vins et spiritueux seront présents. Vinexposium prévoit une fréquentation d’environ 25 000 visiteurs, dont un tiers venus de l’étranger. 95 % de la surface dédiée à ce salon, qui se déroulera à Paris Expo Porte de Versailles, est déjà réservée et les organisateurs pensent arriver à 100 % d’ici les prochaines semaines.

« Optimiste » sur le volume d’affaires

Rodolphe Lameyse est « optimiste » sur le volume d’affaires à attendre. « Les restaurateurs ont faiblement acheté ces derniers mois. On peut imaginer que leurs stocks de vin ont été vidés depuis la reprise de l’activité. Ils vont devoir refaire des stocks », a-t-il anticipé.

En outre, les exportations de vins français aux États-Unis « sont reparties » depuis la levée des taxes américaines sur les vins non pétillants hexagonaux. « Cela avait été surstocké, cela a été déstocké. Comme au Royaume-Uni avec le Brexit ». « Donc sur le plan économique, il y a un alignement des planètes qui doit permettre à la filière de tirer son épingle du jeu », a-t-il estimé.

La consommation est en outre bien orientée. Les boissons alcoolisées « se sont révélées être une des catégories de biens de consommation les plus résistantes à la crise du Covid-19 », souligne l’institut britannique IWSR dans un rapport publié à l’occasion du salon. La consommation de boissons alcoolisées dans le monde, qui a chuté de 6,2 % en 2020 à la suite des mesures sanitaires prises pour enrayer la pandémie, a rebondi de 2,9 % en 2021. Elle devrait retrouver son niveau pré-pandémie à partir de 2023, selon IWSR.