Champagne

Lanson BCC augmente son bénéfice net en 2018 malgré un marché instable


AFP le 21/03/2019 à 10:34

Le producteur de champagne Lanson BCC a annoncé mercredi avoir enregistré un bénéfice net et des revenus en hausse en 2018 en dépit du recul des ventes en France et au Royaume-Uni, ses deux premiers marchés.

« Malgré une ambiance défavorable en France et au Royaume-Uni », le groupe champenois a dégagé 12,7 millions d’euros de bénéfice net en progression de 8,9 %, notamment grâce à la progression à l’export de plusieurs de ses maisons de champagne et une réduction des frais financiers, indique le producteur dans un communiqué.

Lanson BCC, composé de huit maisons productrices de vins et champagnes (Chanoine Frères, Boizel, Burtin, de Venoge, Philipponnat, Alexandre Bonnet, Lanson, Besserat de Bellefon) a aussi vu son chiffre d’affaires progresser de 6,1 % à 277,5 millions d’euros. Les maisons productrices ont « naturellement évolué de façon contrastée » en raison d’un « contexte de forte instabilité », indique le groupe.

Dans le détail, si l’activité de la maison Lanson a reculé principalement au Royaume-Uni, les maisons Philipponnat, De Venoge améliorent leurs performances tandis que les maisons Boizel, Burtin, Alexandre Bonnet demeurent stables. Sur la période, les expéditions de l’appellation Champagne ont accusé un repli (- 1,8 %) à 301,9 millions de bouteilles, particulièrement en France (- 4,2 %) – où est expédiée près de la moitié du volume total des bouteilles – et au Royaume-Uni, où le recul des expéditions a toutefois ralenti par rapport à 2016 et 2019 (- 3,6 % contre – 19 %). Les expéditions dans les autres pays – qui représentent 26 % des volumes expédiés – ont en revanche augmenté en un an (+ 2,1 %). Ce qui permet au groupe champenois de maintenir à 4,9 milliards d’euros la valeur totale de ses expéditions de bouteilles.

Les progrès enregistrés par plusieurs maisons du groupe à l’export et en France, associés à un effet prix favorable, ont permis de compenser le recul du marché anglais et au groupe d’améliorer sa rentabilité avec un bénéfice opérationnel en hausse de 7,3 % à 21,88 millions d’euros. Le groupe champenois « réaffirme sa stratégie à long terme de développement en valeur ». Il mentionne avoir réalisé d’importants investissements pour moderniser ses outils de production et ouvrir ses maisons au grand public avec pour visée de renforcer son positionnement dans l’univers du haut de gamme et du luxe.