Champagne

2018, un exercice contrasté malgré un nouveau record


AFP le 17/03/2019 à 18:35

Le chiffre d'affaires global des ventes de champagne a atteint un nouveau record en 2018 à presque 4,9 milliards d'euros, un exercice toutefois contrasté en raison de ventes en baisse sur la France et le Royaume-Uni, ses marchés principaux, selon les chiffres du Comité Champagne publiés dimanche.

Le chiffre d’affaires s’établit ainsi en hausse de 0,3 % par rapport à 2017, alors que les volumes baissent de 1,8 % à 301,9 millions de bouteille, ont indiqué les responsables du Comité. « La France et le Royaume-Uni, soit 60 % des ventes globales, expliquent l’essentiel de ce tassement. Leur volume respectif recule de 4 % et leur chiffre d’affaires de 2 % », souligne Jean-Marie Barillère, président de l’Union des maisons de champagne (UMC) et co-président du Comité Champagne, ex-CIVC (Comité interprofessionnel du vin de champagne).

Cette situation inquiète également l’autre co-président Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV). « Le volume n’y est pas », dit-il, surtout pour les vignerons indépendants, plus orientés sur les marchés français et européens. « Moins 40 millions d’euros rien qu’en France pour 2018, moins six millions d’euros pour le Royaume-Uni », relève aussi M. Barillère. C’est au-delà de l’Union européenne que la demande en champagne est désormais la plus dynamique, notamment aux États-Unis (23,7 millions de bouteilles, + 2,7 %), au Japon (13,6 millions de bouteilles, + 5,5 %), et dans le monde chinois (Chine, Hong Kong, Taiwan : 4,7 millions de bouteilles, + 9,1 %).

D’autres pays confirment leur potentiel comme le Canada (2,3 millions de bouteilles, + 4,8 %), le Mexique (1,7 million de bouteilles, + 4,3 %) et l’Afrique du Sud, qui dépasse pour la première fois le million de bouteilles, soit une hausse de 38,4 % par rapport à 2017. L’Australie, après une augmentation de 134 % au cours des dix dernières années, a connu en 2018 un léger fléchissement (- 1,8% à 8,4 millions de bouteilles) en raison d’un taux de change moins favorable selon le Comité Champagne. Mais, au global, l’export est resté orienté à la hausse (+  0,6% en volume et + 1,8 % en chiffre d’affaires).

Aux yeux des co-présidents, 2018 dessine une nouvelle géopolitique du champagne où ce baromètre de croissance et marqueur d’optimisme délaisse davantage le continent européen pour conquérir de nouvelles parts de marchés en Amérique et en Asie. « Si les maisons de champagne sont désormais bien préparées à ces marchés lointains, les vignerons indépendants auront besoin d’accompagnement », estime Maxime Toubart.