Retour

Cotations : Colza


Marché physique - Cours du 13/09/2019

Place - Qualité

Dernier cours

Cours précédent

Variation

Graphique

Rouen - Standard

13/09/2019 383 €/t

12/09/2019 381.5 €/t

1.5 €/t

chargement en cours

Marché à terme 15 min différé

Échéance

Cours de clôture

15mn différé

Tendance du jour

Novembre 2019

382.75 €/t

18:32 383.5 €/t (382 - 383.5)

0.75 €/t

Février 2020

385.75 €/t

18:32 386.5 €/t (385 - 386.5)

1 €/t

Mai 2020

384.5 €/t

18:32 384.5 €/t (383.25 - 384.75)

0.75 €/t

Août 2020

368.25 €/t

18:32 369.25 €/t (368.25 - 369.25)

0.5 €/t

Novembre 2020

372.5 €/t

18:32 373 €/t (372.5 - 373)

0.5 €/t

Analyse Colza - hebdo

Pression d'imports

Pour faire face à ses besoins, l'Europe augmente ses importations de colza/canola en provenance du Canada et de l'Ukraine. Les perspectives à court et moyen terme restent cependant tendues.

Les prix du colza se sont stabilisés cette semaine. La demande de la trituration et de l’industrie du biodiesel est certes toujours soutenue, mais le marché européen est mis sous pression par l’arrivée constante de colza ukrainien et canadien dans les pays de l’Union. Depuis le début de la campagne, 1,5 Mt sont ainsi entrées sur le marché communautaire, soit plus du double de l’an dernier à la même période.

Les exports canadiens sont notamment très dynamiques, avec 216 kt la semaine passée, pour un total de 759 kt en un mois (504 kt l’an dernier). StatCan a en outre alourdi le bilan du pays en annonçant des stocks nationaux à 3,9 Mt, soit un bond de 1,4 Mt en un an ! Le canola canadien a d’ailleurs de nouveau gagné en compétitivité cette semaine sur le marché européen.

À noter tout de même, les moissons de canola sont retardées par des pluies incessantes et les températures froides inquiètent les farmers locaux. Outre potentiel de rendement, la teneur en huile des plantes pourrait être rapidement dégradée. Les perspectives d’offres en deuxième partie de campagne ne sont en outre guère rassurantes avec le climat très sec encore constaté en Australie. Abares a d’ailleurs décidé d’abaisser de 300 kt son estimation de récolte nationale, à 2,3 Mt, soit un décrochage d’un million de tonnes par rapport à la moyenne cinq ans. Les semis en Europe et en mer Noire sont également sources de nombreuses inquiétudes en raison d’un déficit hydrique important.

Le marché des huiles a en outre été soutenu par le dernier rapport du MPOB. Les stocks de palme en Malaisie ont en effet diminué en août dernier, pour le huitième mois consécutif. La production nationale est pourtant sur un rythme dynamique, mais la demande internationale a poussé les exports à leur plus bas niveau depuis trois ans (1,73 Mt).

Vos cotations les plus visitées


Vous n'avez actuellement consulté aucune cotation.

Pour qu'une cotation soit comptabilisée comme consultée, ouvrez le graphique de cette dernière grâce au pictogramme réservé à cet effet :

Vous trouverez l'ensemble des cotations dans la rubrique "Tous les cours & marchés" ci-dessous.