Retour

Cotations : Blé tendre


Marché physique - Cours du 17/01/2019

Place - Qualité

Dernier cours

Cours précédent

Variation

Graphique

Rouen - Standard

17/01/2019 199 €/t

16/01/2019 199 €/t

0 €/t

chargement en cours

Marché à terme 15 min différé

Échéance

Cours de clôture

15mn différé

Tendance du jour

Mars 2019

204.25 €/t

18:33 204 €/t (204.75 - 203.75)

0 €/t

Mai 2019

205.25 €/t

18:33 205 €/t (205.5 - 204.75)

0 €/t

Septembre 2019

188.5 €/t

18:33 187.5 €/t (188.5 - 187.5)

-0.5 €/t

Décembre 2019

189.75 €/t

18:33 189.5 €/t (190.25 - 189.25)

-0.5 €/t

Mars 2020

192 €/t

18:33 191.5 €/t (192.25 - 191.25)

-0.5 €/t

Analyse Blé tendre - hebdo

Passage à vide

Le shutdown américain et le retour quelque peu inattendu de la Russie à l'international ont mis à mal les prix du blé. Les opportunités de marché pour les origines françaises sont toutefois nombreuses.

Les cours du blé ont subi quelques pertes cette semaine. La Russie a en effet signé un retour étonnant sur le marché international en remportant notamment un appel d’offre d’offres égyptien de 415 kt. Le pays a d’ailleurs récemment surpris les opérateurs en décidant de maintenir à 42 Mt son objectif d’export de céréales cette année.

La France profite quant à elle d’un bon courant acheteur en provenance du Maghreb, mais la méforme du marché américain appuie sur la tendance européenne. En raison du shutdown, les  opérateurs US ne disposent en effet d’aucune statistique officielle de ventes états-uniennes, ce qui laisse le marché de Chicago sans énergie.

Les prix en mer Noire continuent toutefois de s’apprécier constamment, ce qui renforce toujours un peu plus la compétitivité des origines françaises et américaines. Les prix argentins sont d’ailleurs eux aussi plutôt élevés. La céréale à paille en provenance d’Amérique du Sud limite ainsi ses débouchés au seul marché asiatique.

Analyse International

Chicago en manque de repères

Les statistiques de l'USDA éclairent les choix des investisseurs et du marché en général. Leur absence rend les arbitrages plus difficiles.

La compétitivité des blés américains s’améliore de semaine en semaine grâce à la remontée des prix des blés russes. L’absence de statistiques US, rend cette compétitivité, réelle sur de nombres destinations, invisible. En attendant, on pouvait lire lundi sur les écrans de Chicago la déception après avoir perdu le dernier appel d’offres égyptien. Le cours du blé sur l’échéance mars 19 a perdu quelques cents sur la semaine à 511 c$/bu, hier mardi 15 janvier.

En absence de statistiques américaines pour cause de « shutdown », Chicago évolue pour le maïs et le soja au rythme du weather market en Amérique du Sud et les rumeurs relatifs à d’éventuelles ventes à la Chine. Peu d’éléments déterminants pour la céréale. Quant à la fève, le déficit hydrique au Brésil réduit les prévisions de la future récolte d’une bonne dizaine de millions de tonnes à 110/115 Mt. La demande chinoise, sera-t-elle in fine au rendez-vous ? Malgré une légère reprise des importations entre novembre et décembre, la dynamique reste en recul de 40% par rapport à décembre 2017. Ce dernier chiffre a mis le cours de la fève à la bourse de Chicago sous pression. Hier, mardi 15 janvier, la fève a clôturé 2,5 % plus bas qu’il y a huit jours, soit 893,25 c$/bu mars 19. A dix semaines du début des semis américains ou maïs et soja se font concurrence, le maïs a suivi le mouvement et perdu 2 % sur la semaine à 371,25 c$/bu mars 19.

Vos cotations les plus visitées