Imagerie 3D

Une technologie prometteuse au service de l’éleveur et du bien-être animal


TNC le 04/11/2019 à 06:06

L'Idele travaille sur l'imagerie 3D au service de l'élevage depuis plusieurs années. Clément Allain, chef de projet élevage de précision, rappelle que la technologie est prête et que désormais, il reste à imaginer les applications concrètes. Par exemple, estimer le poids d'un veau seulement grâce à une image, calculer la quantité de nourriture ingérée à partir de la variation de volume de l'abdomen de l'animal, mesurer la hauteur au garrot... les capteurs existent. Reste désormais à développer l'intelligence capable de convertir l'image en données et ainsi faciliter le quotidien des éleveurs et améliorera le bien-être animal.

Clément Allain, chef de projet élevage de précision à l’institut de l’élevage (Idele), revient sur ce qu’est l’imagerie 3D et en quoi la technologie peut aider les éleveurs dans leur travail quotidien.

Côté technique, la méthode est assez simple. Il suffit d’utiliser des capteurs et des caméras capables de fournir des images non pas en deux dimensions mais trois pour reproduire la forme de l’animal sur l’écran de l’ordinateur, en tenant compte du volume.

Lire aussi : Cinq associés et de la technologie pour produire 1,2 million de litres

Estimer le poids d’un animal à partir d’une image

L’image virtuelle ainsi obtenue permet d’évaluer des paramètres morphologiques sur n’importe quel type d’animal. Il suffit d’installer les capteurs sur un portique et de le faire traverser par les animaux. C’est l’informatique qui mesure les critères comme la hauteur au garrot, la largeur de hanche, le tour de poitrine… Des informations nécessaires pour suivre l’évolution de la croissance des animaux tout au long de leur vie.

Des paramètres plus complexes sont également mesurables comme le volume et la surface corporelle de l’animal. En partenariat avec l’Inra, Agrocampus Ouest et 3D Ouest, les travaux ont permis d’estimer le poids de l’animal à partir d’une simple image. Inutile de toucher les bêtes ou de les manipuler. Un gain en termes de sécurité et de bien-être animal.

Une technologie très prometteuse

Les informations récoltées devraient permettre le développement d’applications très concrètes, restent à les imaginer. Le pilotage de la reproduction et de l’alimentation du troupeau sont envisageables si l’éleveur connaît l’état d’engraissement des animaux. Plus innovant, la possibilité d’analyser la variation de volume de l’abdomen pour en déduire la quantité de nourriture ingérée.

Les promesses de la technologie sont immenses ! Côté technique, le matériel existe le plus souvent. Reste à imaginer les applications et à développer l’intelligence qui permette de passer de l’image à la donnée précise.