Tour de l'Agriculture Française

« Un contexte social très tendu »


Alexis Peulson le 02/01/2019 à 14:45

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous parle de l'"agribashing" persistant dans notre société, et comment lutter contre.

Alexis Peulson lors de son intervention à l’AG de la coopérative Bourgogne du Sud, à Beaune, en décembre dernier. (©Alexis Peulson)

J’avais déjà partagé, il y a quelques semaines, le sentiment de ras-le-bol qui remontait des différents agriculteurs que j’ai rencontrés. La principale problématique : la question des pesticides. Ce sujet, sensible depuis des années, a pris une dimension énorme cette année avec l’affaire du glyphosate. A tel point que les débuts des assemblées générales de toutes les coopératives de France démarrent par « Dans un contexte de climat social historiquement tendu… ».

Ce sentiment, souvent résumé par le terme d’ « Agribashing », est partagé par l’ensemble des agriculteurs. En même temps, depuis le début du débat sur le glyphosate, les articles à charge contre l’agriculture française défilent : glyphosate dans l’urine, pesticides dans les cheveux, bébés sans bras, etc. Pas une semaine sans un article accompagné d’une photo d’un pulvérisateur. A en croire les médias, le glyphosate représente 95% des problématiques de l’agriculture. De quoi agacer…

Les agriculteurs, forcément, se bloquent et se sentent persécutés. Pourtant, face à la force de frappe des médias, le grand public ne suit pas forcément. En effet, la plupart des consommateurs n’impliquent pas les agriculteurs. Certains ne s’intéressent pas à la problématique des pesticides. Les anti-pesticides condamnent un système dont les agriculteurs sont les victimes. En effet, nous avons (heureusement) encore la chance d’avoir des agricultures à taille humaine. Alors si on ne fait pas attention, les mots peuvent très vite blesser et là… tout dérape.

Alors, Mesdames et Messieurs les agriculteurs/trices, levez la tête. Ne prenez pas en compte les images et les messages véhiculés par les médias. Le peuple est assez indépendant pour avoir sa propre opinion et respecte votre travail, vos pratiques et vos produits. N’hésitez pas à discuter avec eux, à avoir une vraie discussion. Communiquez sur les réseaux sociaux, invitez des classes sur vos fermes, ouvrez les portes de vos exploitations (ce n’est pas réservé à la vente directe et/ou aux animaux, promis !), invitez les élus de votre commune à venir comprendre vos pratiques.

Pour conclure, si vous ne vous sentez pas prêts à vous défendre sur les différents articles à charge contre l’agriculture, il est temps d’ouvrir un compte Twitter ! Il existe un vrai réseau d’agriculteurs, dont les plus généreux s’occupent à défendre vos intérêts en expliquant pourquoi il est heureusement souhaitable d’avoir un taux de glyphosate dans l’urine supérieur à celui de l’eau ou que les pesticides retrouvés dans les cheveux sont surtout issus de produits de traitement du bois ou d’insecticides domestiques. Dans certains cas, ce sont même les scientifiques, comme Mac Lesggy, qui défendent vos pratiques.

YouTube : TAF – Le Tour de l’Agriculture Française
Facebook : facebook.com/TourAgriFrance/ 
Blog : https://touragrifrance.jimdofree.com/