Fermes ouvertes

Top départ pour la 29e édition


TNC le 20/05/2019 à 18:12
Du 20 mai au 30 juin dans toute la France, des agriculteurs(.trices) bénévoles ouvrent les portes de leur ferme aux élèves de CM1-CM2 et à leurs enseignants. (©FNSEA)

Du 20 mai au 30 juin dans toute la France, des agriculteurs(.trices) bénévoles ouvrent les portes de leur ferme aux élèves de CM1-CM2 et à leurs enseignants. (©FNSEA)

La FNSEA lance, ce lundi 20 mai, la 29e édition de l'opération "Fermes ouvertes". Si le thème varie d'une année sur l'autre - "Des hommes et des femmes de talent" est celui choisi en 2019 -, l'objectif, lui, reste identique : « recréer du lien entre les consommateurs en herbe et les agriculteurs avides d'échanger sur leur métier en toute transparence ». Qui sait, cette démarche pourrait même susciter des vocations...

Les agriculteurs et les agricultrices, leurs savoir-faire et leurs compétences, sont à l’honneur cette année : après avoir été le thème du Salon de l’agriculture, avec la phrase d’accroche « L’agriculture, des hommes, des femmes, des talents », ils sont celui de l’édition 2019 des « Fermes ouvertes » baptisée, elle aussi, « Des hommes et des femmes de talent ». L’opération a été lancée ce lundi 20 mai après-midi par la FNSEA, son organisatrice depuis 29 ans, sur l’exploitation de Christophe Maillard, producteur de bovins lait, d’ovins, de céréales et de fruits dans les Vosges. Jusqu’au 30 juin, des exploitants bénévoles ouvrent ainsi les portes de leur ferme dans toute la France, le temps d’une journée, aux élèves de CM1-CM2 et à leurs maîtres ou maîtresses.

Voir aussi : Réalité virtuelle − Découvrez le métier d’éleveur laitier comme si vous étiez sur la ferme

Retrouvez, en images dans cette vidéo publiée sur Youtube, le lancement des « Fermes ouvertes » 2018 dans l’Eure :

Mettre les pieds dans une exploitation agricole est une grande première pour la plupart d’entre eux, enfants comme enseignants. Que l’on fabrique des yaourts à partir du lait de vache, brebis ou chèvre, que les pâtes soient faites avec du blé dur, que l’agriculture façonne les paysages de la France sont autant de découvertes pour ces visiteurs majoritairement citadins qui, pour beaucoup, ne savent pas d’où viennent les aliments qu’ils consomment et encore moins comment ils sont produits. Quelle surprise alors quand on leur dit que le secteur agricole contribue à la production d’énergies renouvelables, via la méthanisation et les panneaux photovoltaïques notamment, et s’avère très connecté aux nouvelles technologies et au numérique ! Des ateliers interactifs autour des cinq sens sont aussi proposés pour « apprendre, de façon ludique, tout ce que l’agriculture apporte à nos territoires », explique dans un communiqué Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA et responsable de cette action.

L’opération « Fermes ouvertes » en chiffres :

(©FNSEA)

« Rendre concrètes les matières enseignées »

Bien entendu, les visites sont préparées en amont avec les instituteurs et font partie du programme pédagogique. Elles permettent d’ailleurs d’aborder, sous un angle pratique, les thématiques phares du cycle 3 tels que les rythmes biologiques, l’environnement, la biodiversité, le bien-être animal, le gaspillage alimentaire… « Quoi de plus intéressant et amusant que de faire des mathématiques, du français ou de l’histoire sur des sujets agricoles !, souligne Jacqueline Cottier, présidente de la commission nationale des agricultrices du syndicat, également présente lors de l’inauguration. De nombreux professeurs sont aujourd’hui très contents de pouvoir rendre concrètes les matières enseignées. » Des supports − livres documentaires, livret de l’élève, graines, échantillons de plantes, etc. − sont en outre distribués aux écoliers.

Voir le reportage réalisé par France 3 Normandie sur la visite de l’exploitation laitière de Stéphanie Bourdon, lors de l’édition 2018 des Fermes ouvertes :

L’initiative rassemble une vingtaine d’organisations* et est partenaire, depuis deux ans, des rencontres « Made in viande » qui ont lieu à la même période et visent à faire découvrir au grand public des élevages, des boucheries, des abattoirs, des entreprises de transformation de viande… Un partenariat qui vient renforcer l’objectif de la démarche : « recréer du lien entre les consommateurs en herbe et les agriculteurs avides d’échanger sur leur métier en toute transparence ». Ce qui s’avère particulièrement important par les temps qui courent où l’agribashing devient incessant et met à mal l’image de l’agriculture auprès de la société civile. « Au moment où des présentations fausses ou orientées de l’activité de nos exploitations sont véhiculées par d’autres, nous avons le devoir de faire connaître la réalité de nos fermes et d’ouvrir le dialogue avec nos concitoyens », conclut la présidente de la FNSEA Christiane Lambert.

À propos de l’agribashing : Infox et méfiance généralisée − Mac Lesggy: « Agriculteurs, ne laissez pas respirer les promoteurs de fakenews »