Semoir

Solitair DT : le dernier-né de la gamme Lemken s’adapte à toutes les situations


TNC le 24/11/2021 à 06:12

Lemken a dévoilé ses nouveautés 2022 à la presse européenne et parmi elles, le semoir Solitair DT signant d'ailleurs l'arrêt de la production des Kompact Solitair. En 2022, quelques unités de présérie sortiront de la chaîne et une fois les derniers ajustements réalisés, l'Allemand pourra mettre les gaz sur les nouveautés. De 3 400 à 5 100 l, la trémie embarque deux produits différents et la polyvalence de l'outil devrait permettre de répondre à de nombreux cas de figure.

L’hiver se profile et il souffle déjà un air de nouveautés d’Agritechnica dans la plaine. Lemken vient de dévoiler ses derniers modèles en matière de semis, notamment dans la gamme Solitair. Son nom : le Solitair DT. 

L’équipement signe la fin de la gamme Kompact-Solitair et vise à répondre à n’importe quelle situation, via ce semoir « à la carte ». Au lancement, deux largeurs seront proposées : 4 ou 6 m. Lorsqu’il est replié, difficile de gagner davantage en largeur, sinon il risque de ne plus passer sous les ponts tant son gabarit est impressionnant. Selon le constructeur allemand, seuls quelques exemplaires devraient être livrés d’ici l’automne prochain. Pour garantir la « Deutsche Qualität », la marque préfère éprouver les modèles de présérie avant de mettre les gaz sur la production en série.

Double trémie fractionnable en 50/50 ou 60/40

Question fonctionnement, l’outil s’adresse aux agriculteurs souhaitant implanter leurs cultures en sols peu à moyennement préparés, voire en semis direct. D’où la possibilité d’installer des disques droits, dont le rôle est de découper les résidus ou le couvert végétal avant le passage de la barre de semis. En trémie, deux compartiments fractionnables sont possibles : 50/50 ou 60/40. L’idée est d’embarquer de la semence et de l’engrais pour ceux qui fertilisent dès le semis, et même deux espèces de culture différentes.

En termes de capacité, le DT peut engloutir soit 3 400, soit 5 100 l. À souligner : la version double compartiment est pressurisée afin de s’affranchir des questions liées à la granulométrie du produit. Pour faciliter le remplissage de la trémie, la marque annonce l’arrivée d’une vis de chargement. Hauteur totale de la trémie : 3,2 m, de quoi garder de l’autonomie sans pénaliser le gabarit routier et pouvoir circuler en Europe.

Le constructeur a choisi les termes de Single Shot ou Double Shot selon que les produits sont délivrés au même endroit (engrais + semences) ou que l’agriculteur opte pour enterrer l’engrais sous la graine afin de ne pas « brûler » le système racinaire.

Un rouleau à pneus pour mieux suivre le terrain

Retour à l’avant de la machine, où le rouleau à pneus gère la profondeur de travail des disques et assure le nivellement du sol. Sans compter qu’il assure le bon suivi du sol et la stabilité de l’engin, même à vitesse élevée. L’opérateur adapte la profondeur grâce au circuit hydraulique, pilotable directement depuis son siège en cabine. Autre possibilité : remplacer les pneus par des lames dites « hockey », dont le rôle est également de niveler la surface du sol. Pour refermer le sol, le paysan peut opter pour un rouleau packer en trapèze ou des boudins en élastomères, qui effacent les traces laissées entre les pneus. 

Point de vue dosage, chaque compartiment bénéficie d’un doseur dont les cannelures s’adaptent en fonction du produit. Fini le métal, place au matériau composite qui offre la possibilité à l’exploitant de semer n’importe quel type d’engrais sans aucun risque de dégradation.