Retour à une technique ancestrale : le maïs cribs


Alexis Peulson le 01/10/2018 à 16:38

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous présente le maïs en cribs, un système traditionnel de séchage.

Une vue du sommet du cribs. (©Alexis Peulson)

Le maïs cribs… Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose. Mais vous en avez certainement déjà vu dans une ancienne ferme. Ce sont ces grandes cages entourées de grillages où on peut retrouver des épis de maïs. Même si la pratique a fortement diminué ces dernières années, il existe partout en France des résistants qui continuent à faire perdurer ce mode de récolte. Et, tel un petit village de Gaulois, l’Alsace se présente comme l’irréductible région qui connait un taux de récolte en cribs impressionnant.

C’est donc dans cette région, plus précisément à Ensisheim, à quelques minutes au Nord de Mulhouse que j’ai rencontré Benjamin Lammert. Alors comment se déroule un tel chantier ? Tout d’abord, on ne souhaite récupérer que l’épis, donc comme pour une récolte de maïs semences, on fait appel à une machine spécifique, un Bourgoin. Même si la trémie se remplit assez rapidement à cause des épis, il est toujours impressionnant de voir le renversement du Bourgoin à la benne par un simple mouvement pivot qui permet de faire retourner l’intégralité de la trémie.

Ensuite, la benne va déverser délicatement les épis dans une bande élévatrice qui apportera l’épi dans le cribs. Pendant cette opération, l’égrainage est important, un système permet donc de récupérer les graines et de les livrer directement pour ne pas avoir de pertes.

Une fois le séchage terminé, au printemps, les portes en bas du cribs s’ouvrent et le maïs est récupéré pour être passé dans une batteuse dans l’objectif de récupérer le grain.

Pourquoi continuer à faire du maïs Cribs ?

Pour Benjamin, les avantages sont doubles. Certes, il y a un avantage économique car il économise de l’argent sur les frais de stockage et de séchage, mais surtout, il est conscient qu’il n’a pas besoin d’utiliser des ressources impactantes sur l’environnement pour faire sécher son maïs. Suite à un audit complet sur l’impact carbone de sa ferme, Benjamin est à la recherche de tous les leviers d’actions qui lui permettront de diminuer encore son bilan carbone…

Le cribs, une technique ancienne qui peut redevenir d’actualité, notamment quand on essaie de limiter l’impact de nos pratiques sur l’environnement. Et si les solutions du futur étaient cachées dans le passé ?

YouTube : TAF – Le Tour de l’Agriculture Française
Facebook : facebook.com/TourAgriFrance/ 
Blog : https://touragrifrance.jimdofree.com/

Le site de la ferme Lammert : ferme-lammert.fr