Nouveau pulvérisateur traîné Evrard

R-Activ : le nouveau Météor gagne en réactivité et en précision !


TNC le 11/09/2020 à 06:02
La nouvelle gamme Météor d'Evrard n'a plus rien de commun avec l'ancienne, excepté son nom. (©TNC)

La nouvelle gamme Météor d'Evrard n'a plus rien de commun avec l'ancienne, excepté son nom. (©TNC)

Evrard vient de dévoiler le dernier-né de son catalogue de pulvérisateurs traînés. Le nouveau Météor était attendu par les agriculteurs, pour les aider à relever les défis environnementaux et sociétaux. C'est pour redorer le blason de la pulvérisation que la marque ne s'est pas cantonnée à faire évoluer sa machine, qui à part son nom, n'a plus rien à voir avec l'ancienne gamme. Confort et sécurité de l'opérateur, facilité d'utilisation, technologie R-Activ pour gagner en réactivité dans les commandes... le niveau de la pulvérisation a encore franchi un cap.

Bien plus qu’une évolution de gamme, le dernier-né de la gamme de pulvérisateurs traînés d’Evrard était très attendu. Excepté le nom, tout a changé pour offrir aux agriculteurs les réponses à leurs attentes. Réduction des IFT, enjeux sociétaux et environnementaux… la pulvérisation agricole n’a pas le vent en poupe ces temps-ci. Autant dire que le constructeur doit apporter des solutions innovantes capables de répondre à ces problématiques pour aider les agriculteurs à relever le défi.

À lire aussi : Hardi Aeon : la pulvérisation du futur se dessine

D’ailleurs, c’est la principale raison qui explique que le renouvellement du Météor se soit fait attendre. Avant de plancher, les ingénieurs du bureau d’études de Beaurainville (Pas-de-Calais) ont interrogé les agriculteurs pour recenser leurs besoins et fabriquer le traîné qui puissent répondre à leurs attentes. C’est chose faite grâce au successeur de l’une des références du marché du traîné. La gamme Météor compte quatre modèles dont la capacité varie entre 4 200, 5 200, 6 200 et 7 200 l. À noter que les deux plus grosses cuves ne seront pas disponibles avant 2022.

Un look futuriste et une suspension intégrale

Côté look, les designers en ont fait une machine assez futuriste. Plus grand chose à voir avec l’ancienne gamme. Le constructeur a revu son châssis pour améliorer sa robustesse et surtout renforcer la visibilité vers les roues. Un point important souligné à l’unanimité par les paysans, notamment lors des manœuvres avec l’engin. Autre nouveauté : les gardes boues. Ils enveloppent complètement la roue et sont pivotants pour suivre l’essieu directionnel. De longues bavettes empêchent la terre d’être projetée sur la rampe et de boucher les buses. L’ensemble bénéficie de la suspension intégrale pour un confort d’utilisation irréprochable. Flèche, cuve, essieu, cadre de rampe… tout est suspendu !

Les cuves de rinçage et de pulvérisation ont été rapprochées vers l’avant pour renforcer l’adhérence du tracteur. (©TNC)

Question cuves, celles de rinçage et de pulvérisation ont été repositionnées plus en avant afin d’optimiser le report de charge vers l’arrière du tracteur. Objectif : améliorer l’adhérence en conditions difficiles en ramenant du poids vers l’avant. Le circuit de pulvérisation est ainsi plus proche de la rampe, ce qui limite le volume résiduel. Du coup, l’opérateur gagne en sécurité quand il travaille au poste de remplissage.

R-Activ : des vannes pneumatiques pour plus de réactivité

La technologie baptisée R-Activ a vocation à renforcer la qualité et la précision de la pulvérisation. Le concept renforce la réactivité des commandes grâce au pilotage pneumatique. L’air vient soit du compresseur hydraulique installé sur la droite de l’outil, soit du tracteur s’il bénéficie déjà d’un compresseur. Les vannes électropneumatiques nécessitent six fois moins de temps que leur version classique. Evrard parle d’ailleurs d’une demi seconde de temps de commande, contre trois secondes pour les autres dispositifs.

Les vannes sont installées de manière logique pour faciliter le nettoyage et le rinçage du circuit. À souligner que la marque reprend ses filtres d’aspiration EasyClean et de refoulement Cyclone. Ils sont gages de sécurité pour l’opérateur. La vanne de régulation est installée en sortie de pompe pour ne pas freiner son débit et améliorer la réactivité du dispositif. Celle-ci est entraînée grâce à l’hydraulique, ce qui signifie la disparition du cardan. À l’exception de ceux qui opteront pour la seconde pompe en option. Elle doit être installée à l’avant et entraînée mécaniquement sinon le risque est que le débit d’huile du tracteur ne suffise pas. Selon le constructeur, pour emmener les deux pompes en hydraulique, plus de 170 l/min sont nécessaires.

Pompe à membranes d’origine Hardi

Les habitués de la marque remarqueront l’apparition d’une pompe à membranes d’origine Hardi. Autre précision : dans le cas de deux pompes à membranes, l’idée est d’associer les deux pour réduire le temps de remplissage. Celles-ci seront dissociées à la pulvérisation pour gérer la dilution continue et rincer en même temps que le producteur termine de pulvériser. En clair, accroître le débit de chantier de l’outil.

La nouvelle version du Météor fait appel au système de circulation continue PPI : la vanne de retour est positionnée sur la cuve de sorte à renvoyer la bouillie en cuve quand la pulvérisation est stoppée, ou à alimenter les circuits en cours d’application. Résultat : l’intégralité du volume résiduel est dilué.

Terminal CommandBox 7 pour tout piloter depuis le poste de remplissage

Le poste de mise en œuvre a également été revu : ses carters thermoformés sont rétroéclairés pour éclairer la zone de travail de jour comme de nuit. La marque installe son terminal CommandBox 7 de sept pouces de taille d’écran. Par souci de simplicité d’utilisation, ce dernier n’est pas tactile. En clair, l’idée est d’éviter à l’agriculteur d’avoir des modèles de gants bien précis pour utiliser son système. Grâce à ce boîtier, l’opérateur gère toutes les fonctions de la machine depuis l’interface.

Le CommandBox 7 pilote à distance toutes les fonctions du pulvérisateur depuis le poste de mise en oeuvre. (©TNC)

Plus besoin de monter en cabine pour activer certaines fonctions. À souligner aussi la présence d’un bac de 40  l à proximité de l’incorporateur pour stocker des bidons de produits et d’une tablette pour la préparation. Si besoin, le CommandBox sert aussi de calculatrice. Il suffit d’indiquer par exemple la surface à traiter et la dose cible. Le système indique automatiquement le volume d’eau à charger en cuve. 

OptiSpray V2, Curve Control, AutoTerrain… la technologie Evrard pour gagner en qualité

Toujours question commandes, l’OptiSpray V2 est disponible pour moduler la dose, tronçon par tronçon. L’équipement est compatible avec la norme Isobus et profite de la console X35 pour le pilotage en cabine. Elle fonctionne aussi avec la technologie XTend, ce qui implique de partager son écran à distance via une liaison Wi-Fi. Autre avantage : le système Curve Control, qui gère automatiquement la variation de la dose dans les virages. Le bout de rampes à l’intérieur diminue la quantité de produit alors qu’à l’extérieur, celle-ci augmente.

Le poste de mise en œuvre bénéficie d’une tablette de préparation, d’un coffre de stockage de produit, d’un lave-main et d’un coffre à EPI. (©TNC)

L’agriculteur peut choisir entre le cadre de rampes LAP6 ou le Delta Force. Point de vue rampes, il est possible d’équiper le pulvérisateur de rampes acier à deux bras, de 24 et 28 m, et en trois bras, de 30 à 36 m. En version alu, le constructeur installe le modèle fabriqué par Pommier dont la largeur peut atteindre 45 m. AutoTerrain, ActiveSlant, géométrie négative… toute la technologie Evrard est disponible sur ce modèle haut de gamme.